Un potager rentable c'est possible!


Un potager rentable c’est possible !

26 décembre 2012 |   Auteur: Jenny Gloster 

Nous avons vu dans l’article précédent consacré au potager économique qu’il fallait choisir des cultures rentables et surtout limiter les dépenses en matériel et machines.

Pour faire des économies je considère que le premier point à étudier concerne les dépenses en graines et en plants.

Faire ses propres graines : très rentable et très facile :

faire ses propres graines Les graines sont chères en magasin, principalement les graines de légumineuses (haricots, petits pois, fèves). Pour réaliser des économies, faites vos propres graines!

Je suis parfois effrayée par les prix de certaines graines par exemple le prix des graines de légumineuses : pois, haricots et fèves. C’est énorme et c’est aussi anormal. En Bretagne sud il y a beaucoup d’agriculteurs qui cultivent des légumes pour l’industrie. Demandez-leur le prix de leurs semences. C’est sans aucune commune mesure avec les prix de détail et pourtant les agriculteurs se plaignent du prix de leurs graines (ils savent de quoi ils parlent, parfois ce sont eux qui les produisent)



Si vous achetez des sachets de graines de petits pois vous jardinerez pour le plaisir mais en aucun cas pour gagner de l’argent.

Il est facile de faire ses propres graines. Il faut juste être un peu organisé si vous cultivez beaucoup de légumes et beaucoup de variétés différentes.

Pour certains légumes vous devez faire attention à la fécondation croisée : des fleurs de certaines variétés (de courges par exemple) pourraient être fécondées par du pollen provenant des étamines de fleurs de variétés différentes voire d’espèces différentes.

Pour faire ses graines de tomates il vaut mieux appliquer des méthodes spécifiques.

Pour les légumineuses je n’ai jamais rencontré le moindre problème.

Pour faire des économies je vous conseille aussi, quand c’est possible, de faire des échanges de graines avec vos voisins et amis. Faire une grande quantité de graines d’une plante n’est pas toujours une bonne idée car le pouvoir germinatif diminue avec le temps. Si vous avez trop de graines donnez-en et demandez au retour d’autres graines d’autres plantes : c’est économique et c’est convivial!

Vous faites vos propres graines mais il est aussi intéressant de faire ses propres plants.

En général je sème d’abord la plupart des graines en alvéoles puis je les transplante en godets et enfin je les installe en pleine terre. Cette méthode présente plusieurs avantages : Vous ne gaspillez pas de graines (le « démariage » de plants en surnombre est en réalité du gaspillage). De plus, si vous possédez une serre vous pouvez étaler votre production et vos récoltes. Acheter des plants de tomates, de courgettes ou de poivrons en jardinerie est une solution « facile » mais couteuse. Les plants que vous trouverez en jardinerie seront super beaux mais ils auront été « poussés » et risquent de souffrir lors de la transplantation.

Je préconise aussi bouturage et marcottage.

Ainsi le marcottage des fraisiers est une opération facile et très rentable. Je fais beaucoup de boutures de plantes aromatiques, de figuier, de vigne etc….

Vous avez déjà gouté le produit, vous retrouverez la même saveur sur les nouveaux plants.






8 Commentaires

  • Isa d'Ecolo-bio-nature dit

    Bonjour,
    Oui c’est faisable et oui c’est rentable. Nous sommes le 26 décembre et je n’ai pas encore acheté de légumes. Je me nourrie toujours avec ce qu’il y a dans le jardin (il reste différentes variétés de chou, de la salade et quelques herbes sauvages) et ce qui a été produit et récolté au potager durant l’année. Il reste encore des courges, des noix et noisettes. Les placards sont encore bien garnis de légumes secs et de fruits et légumes stérilisés ou déshydratés et le congélateur contient encore beaucoup de fruits et légumes congelés. Et je fais également des graines germées. Même si je mange beaucoup de fruits et légumes (je suis végétarienne), je pense que j’ai encore de quoi tenir jusqu’au beaux jours (à part pour les pommes de terre que j’achète déjà depuis 2 mois, ma production ayant été peu abondante cette année).
    Evidemment, je fais mes graines et plants.
    Avec une partie des économies réalisées, j’ai acheté une deuxième serre plus petite pour mettre à l’intérieur de ma serre-tunnel (pour augmenter la chaleur) et une petite serre chauffante pour démarrer plus vite certains semis délicats au printemps.
    Amicalement,
    Isa d’Ecolo-bio-nature.com

  • Jardinier Brabant Wallon dit

    Merci pour cette réflexion ! Avec la crise tout le monde se met au potager :) c’est rentable et c’est très agréable à observer pousser dans un petit coin du jardin.

  • yannick dit

    Bonjour Jenny,
    Je suis bien d’accord avec ta façon de pensée. Mon jardin ne me permets pas d’être indépendant alimentairement mais je suis assez satisfait de mes récoltes, de plus j’achète le reste chez un maraicher bio : ce qui me permets d’avoir de bons fruits et légumes sains et sans pesticides.
    Cependant, il est vrai que d’avoir un potager et dans l’hypothèse de faire ses semis, récupérations de graines d’une année sur l’autre… Permets de faire des économies. Le gros du budget se fait surtout lors des premiers achats pour le matériels…
    Merci à toi et à bientôt
    Yannick
     

  • Jenny Gloster dit

    @isa, merci pour ce long et très intéressant commentaire. Je pense que ce serait utile de parler plus en détail de fruits et légumes séchés; c’est une méthode de conservation économique et  écologique qui permet de conserver tous les aromes.

    J’ai aussi acheté une deuxième serre d’occasion, plus grande dans mon cas. Je vais essayer de la chauffer avec la chaleur du tas de bois broyé.

    Bravo et merci,

    Jenny

    @jardinier brabant wallon, et oui le jardinage peut être à la fois économique et apporter beaucoup de plaisir.

    @yannick,

    Merci pour ton commentaire. Je pense qu’il ne faut pas exagérer le coût de achats de matériel pour démarrer un potager. Comme je l’ai écrit je pense que l’on peut démarrer un potager avec presque rien : une binette, une fourche bêche, une bêche et une « truelle »

    A bientôt,

    Jenny 

  • Florent - Alentour Piscines dit

    Merci pour cet article, je ne connaissais pas certaines des astuces présentées ^^ Je ne savais pas qu’il était possible de réaliser ses propres graines !

  • Jenny Gloster dit

    @Florent La réalisation de ses propres graines permet des économies non-négligeables en ces temps de crise. Il faut néanmoins faire attention aux fécondations croisées principalement pour les courgettes.

    Bonne année,

    Jenny

  • Judicaël dit

    Bonjour Jenny, 
    Merci pour cet article. C’est clair qu’un potager peut être rentable et le sera de plus en plus vu les augmentation des produits alimentaires.
    Les graines ne sont en effet pas données. De même je suis en train de faire une haie et j’achète mes plants pour le moment sur leboncoin à un particulier.
    En vue de faire mon potager dès cette année, j’ai acheté le livre « semences de kokopelli », je ne sais pas si vous connaissez. C’est plein d’info pour extraire ses propres graines.
    Je vais suivre vos conseils pour bouturer et produire mes propres graines.
    Salutations

  • bibifricottin dit

    Bonjour,
    D’autant plus que faire ses propres graines, c’est aussi sélectionner les plus robustes et les plus adaptées à sa manière de jardiner, à son terrain, à son environnement proche… On crée peu à peu une symbiose en quelque sorte entre les divers organismes du jardin, les graines d’années en années deviennent plus résistantes, productives (?)… On crée ainsi peut-être plus de résilience face au changement du climat !?
    Merci pour tous ces articles.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



4bec70f8de30506aff306dc29de76963OOOOOOOOOOOOOOO
Lire les articles précédents :
Un potager est-ce rentable ?

La rentabilité, c’est à dire la diminution des dépenses d’alimentation n’est qu’une des motivations des jardiniers, mais elle est intéressante....

Fermer