Culture de tomates : 22 conseils pour réussir


22 Conseils pour réussir la culture de tomates

30 juin 2012 |   Auteur: Jenny Gloster 

Semis et plantation des tomates

1 récoltez vos propres graines de tomates, c’est facile et c’est économique.

2 : Choisissez des variétés sympathiques ! Des tomates cerises pour l’apéritif, des tomates juteuses, sucrées et gouteuses pour les salades (par exemple la variété  noire de Crimée), des tomates productives pour les tomates farcies et les sauces  (La cœur de bœuf par exemple) …. De mon côté Je multiplie le nombre de variétés pour varier les goûts et les plaisirs ?

3 : semez vos graines et faites vos plants vous-même, c’est facile, c’est économique et vos plants seront plus résistants. En effet les plants achetés en jardinerie sont souvent trop poussés et souffrent à l’arrivée chez vous.

4 : Je sème mes tomates en alvéoles puis je les transplante dans des godets. Je les plantes dans la serre quand les plants sont assez grands et vigoureux (30 cm de haut).

5 : Plantez vos tomates en serre. Depuis des années je ne cultive plus de tomates en « plein champ ». Je suis en Bretagne, c’est trop dangereux. Compte tenu du climat on ne réussit qu’une année sur 2 et la période » de récolte est beaucoup trop courte.

6 : N’oubliez pas la rotation des cultures. C’est, pour moi, le problème principal de la culture de la tomate puisque je cultive uniquement en serre. Plantez une année à droite de votre serre, puis de l’autre côté, éventuellement alternez une année dans chaque bout … Au bout de quelques années la seule solution raisonnable sera de changer de place à votre serre. C’est vraiment un problème crucial, je serai d’ailleurs intéressé d’avoir l’avis d’autres jardiniers sur ce sujet.

7 : Laissez pas mal d’espace entre chaque pieds de tomate (au moins 50 centimètres dans chaque sens). Cela évite la propagation des maladies.

8 : Plantez le plus tôt possible. Bien sûr tout dépend du climat. En plantant tôt la période de récolte sera plus longue. La tomate bénéficiera de la longueur des jours du printemps. J’espère pouvoir, pour ma part, installer un système de chauffage au bois dans ma serre l’année prochaine.

9 : Si vous utilisez un tuteur, plantez-le dans le sol avant de planter le pied de tomate pour éviter de blesser les racines.

10 : Mettez des feuilles de consoude hachées dans les trous de plantation. La consoude est le meilleur engrais tomate que je connaisse. Vous aurez plus de tomates et les tomates seront plus sucrées. Si vous n’avez pas de consoude dans votre jardin vous pouvez utiliser l’engrais granulé consoude de B-actif (cet engrais est composé uniquement de feuilles de consoude séchées).

11 : plantez des pieds de basilic parmi vos pieds de tomate. Choisissez le basilic grec qui a beaucoup d’avantages !

12 : plantez aussi des œillets d’inde (qui éloignent les pucerons) de la ciboulette, des soucis, du persil à proximité des tomates.

culture de tomates
Jenny vous propose 22 conseils pour cultiver des tomates en bio

Entretien des tomates

13 : installez un système d’arrosage. L’arrosage peut bien sûr se faire à la main ; dans ce cas faites très attention de ne pas éclabousser de l’eau sur les feuilles. Moi j’ai choisi d’arroser automatiquement avec un tuyau souple percé qui serpente parmi mes tomates. J’arrose ainsi à la fois les pieds de tomates et les pieds des plantes associées. J’arrose de 1 à 2 fois par semaine en fonction du temps. Il ne faut pas arroser trop souvent.

14 : Enlevez les feuilles malades dès leur apparition. Vous ne laisserez pas ces feuilles à proximité et vous ne les mettrez pas dans le compost.

15 : Enlevez les feuilles du bas qui pourraient toucher par terre.

16 : Paillez entre les rangs de tomate. Le paillage est utile pour toutes les cultures. Dans le cas des tomates il y a des raisons supplémentaires. On passe souvent entretenir les tomates, le paillage évite (ou réduit)  le tassement de la terre. Le paillage évite aussi d’éclabousser les feuilles avec l’eau. Bien sûr le paillage maintient la terre humide. Par ailleurs le paillage évite le binage, toujours fastidieux mais en plus dangereux dans le cas des tomates : on risque de couper des racines ou radicelles de surface ce qui affaiblit la plante et augmente le risque de maladie !

17 : Mettez une fois par semaine du purin de consoude au pied de chaque plant de tomate. Vous serez étonnés du résultat ! Pour ceux qui n’ont pas de consoude dans leur jardin, c’est dommage, utilisez l’engrais bio spécial tomate de B-actif.

18 : Taillez régulièrement les pieds de tomate et enlevez les gourmands. Tous les jardiniers amateurs font très bien cette opération.

19 : Pensez pollinisation ! C’est capital. Plusieurs techniques sont possibles. Plantez par exemple des plantes mellifères dans la serre ou à l’entrée dans la serre. Cependant il faut savoir que la pollinisation des tomates par les abeilles n’est pas idéale ! Les fleurs de tomate sont « auto fertiles » c’est-à-dire que le pollen d’une fleur fertilise le stigmate de la même fleur. Il faut néanmoins que ce pollen atteigne les stigmates. Pour cela Il faut « secouer » les fleurs de tomate ce qui se fait naturellement en plein air mais pas en serre. En serre les bourdons remplissent cette fonction. Vous pouvez secouer manuellement de temps en temps les pieds de tomate. Vous pouvez aussi acheter une petite ruche de bourdons.

20 : Eliminez les drageons ou gourmands, ce sont des « parasites »

21 : En fin de végétation étêtez les plants de tomates et enlevez des feuilles pour accélérer la maturation.

22 : Aérez régulièrement la serre : une température élevée et une forte hygrométrie sont des facteurs favorisant l’apparition des maladies et en particulier du mildiou. Pour éviter une trop forte hygrométrie il faut ouvrir la parte de votre serre.

Cet article a été publié le 30 juin 2012. Depuis cette date j’ai publié plusieurs articles complémentaires sur la culture de la tomate et en particulier

55 conseils pour réussir la culture de tomates publié le 29 mars 2013

47 erreurs à ne pas faire pour la culture de tomate publié le 12 mars 2013

Et Comment réussir la culture des tomates grâce à la consoude publié le 10 avril 2014



20 Commentaires

  • Tous au potager dit

    Bonjour,

    Je cultive mes tomates uniquement sous serre aussi et j’ai été heurté au même problème concernant la rotation des cultures. Je suis donc parti du constat que la rotation était faite pour deux choses : éviter aux nuisibles et maladies de revenir d’une année sur l’autre et éviter d’appauvrir le sol. Concernant les maladies et nuisibles, je n’en ai aucun (je touche du bois), donc il me fallait agir sur le deuxième point. Ce que je fais donc pour réenrichir fortement mon sol c’est que je le « paille » dès la fin de culture de la tomate avec des déchets de légumes glanés sur les marchés (choux, courges, …). Ce n’est peut être pas ce qu’il y a de mieux mais ma serre est trop petite pour une rotation et d’une année sur l’autre mes tomates sont toujours aussi belles donc bon.. En attendant d’avoir plus grand, je continue.

  • Aurélien dit

    Bonjour Jenny,

    Bel article complet, bravo !
    J’aimerais pouvoir cultiver mes tomates sous serre mais ce n’est pas encore pour tout de suite, donc pour le moment je dois m’armer de vigilance anti-mildiou, je croise les doigts j’en ai pas encore eu de trop cette année.

    Je confirme Scaër ce n’est pas l’endroit idéal pour cultiver les tomates en plein air, j’y sais quelque chose, je viens de Concarneau ;)

    Par contre si je peux me permettre ce qui favorise le mildiou c’est une température douce (tu as mis élevée) et une hygrométrie élevé. L’aération est très importante comme tu le soulignes !

    Bonne continuation,
    Aurélien

  • admin dit

    Bonjour Aurélien,
    Merci pour ton commentaire,
    N’aurais tu pas quitté la région depuis longtemps?
    Une température élevée à Scaër doit paraître très douce dans d’autres régions!!!!
    Bon jardinage,
    Jenny

  • Aurélien dit

    Bonjour Jenny,
    Je me permets de reformuler et développer ma réponse mal comprise. Les températures favorables pour la sporulation du mildiou se situent entre 2°C et 24°C. A 30°C le mildiou est détruit. Une température élevée n’est donc pas favorable au mildiou. Et des températures douces (comme en Bretagne) favorisent grandement cette maladie.
    Bonne journée,
    Aurélien

  • admin dit

    Bonjour Aurélien,
    Merci pour cette précision intéressante.
    La réponse n’avait pas été mal comprise.
    C’était de l' »humour »
    30 degrés à Scaër, c’est rare!!!!!!!!, même à Concarneau ce n’est pas si fréquent.
    Et c’est une anglaise qui le dit!
    Bonne journée aussi
    Jenny

  • yves dit

    bonjour,

    je suis lorrain et cultive les tomates de deux façons en plein air et en serre,cette année particuliérement arrosée en Lorraine c’est une catastrophe pour le plein air!!
    votre article est trés complet,j’ajoute du purin d’ortie de temps en temps,à part ça je procéde de la même façon avec une récolte s’étalant de mi juillet à fin octobre sauf cette année ou le mildiou est présent du fait de l’humidité permanente,bonne récolte à vous

    yves

  • Jenny dit

    Bonjour Yves,
    Il est vrai que le climat 2012 est un peu compliqué.
    La complémentarité purin d’ortie, purin de consoude est très favorable.
    Pour ma part quand j’utilise le purin d’ortie je le fais plutôt en début de végétation. L’ortie favorise plus la croissance et la consoude plus la floraison.
    Jenny

  • SEHI BI ZANHOUO MATHIAS dit

    je voudrais correspondre avec vous car ma passion c’est la culture maraichere;ici en cote d’ivoire nous avons des parcelles vraiment vastes et pourtant la production du maraichers reste faible par rapport a la demande

  • arnaud dit

    Je suis de Montpellier donc c’est vrai que le climat est propice pour la culture de la tomate.
    Cette année je vais essayer de pratiquer le jardinage co créatif.

  • vignaux dit

    Bonjour à tous,
    je viens de lire ce résumé de la culture de la tomate : tout simplement excellent . par contre pour le mildiou , je vais en faire rire certains , mais j’ai utilisé un procédé conseillé par un rosiériste : dès le début de l’attaque  pulvériser sur les tomates un mélange de 1 litre de lait entier pour 5 l d’eau : tout simplement magique . J’ai appliqué ce procédé en 2012 (en région parisienne) et mes tomates qui pourtant étaient déjà pas mal atteintes sont reparties comme au début , d’ailleurs dans mon village, les promeneurs venaient voir mes tomates (les seules qui aient résisté . Bonne culture à tous .

  • Jenny Gloster dit

    @Mathias, je serai ravie de correspondre avec vous. Par contre je pense réellement que les techniques de culture doivent être adaptées au climat et je n’ai jamais fait de culture dans un pays qui a le même climat que vous.

    @Arnaud, et si tu nous en disais un peu plus sur le jardinage co-créatif! quesako?

    @Vignaux, merci pour cette idée vraiment originale. Je n’avais jamais entendu parler de cette technique. Je vais l’essayer dès cette année. 

    Jenny

  • rosine dit

    Bonjour,
     
    Merci pour cet article très intéressant. Je viens enfin dracheter une serre pour y cultiver des tomates. J’ai pris une serre avec une porte de chaque côté pour favoriser l’aération. Question : faut-il les laisser toujours ouvertes dès que les plants de tomates sont repiqués ou bien au début il faut seulement aérer de temps en temps?
     
    Merci!

  • Cécile dit

    Bonjour Jenny
    Je découvre avec plaisir votre blog.
    Je souhaitais réagir par rapport à la rotation des tomates. voici ce qu’en dit ma « bible », Le jardin bio de M.L.KREUTER: « la tomate est l’un des seuls légumes à ne pouvoir s’intégrer à la rotation des cultures. Il lui faut sa place attitrée! C’est en restant plusieurs années au même endroit qu’elle donne le meilleur d’elle-même. Pour rester en bonne santé, elle a besoin d’être fertilisée par ses propres débris… »
    Je tente cette année pour la 1ère fois la culture sous serre, temps breton oblige!
     
     

  • de goes dit

    merci

  • ben dit

    Bonjour

    Je découvre votre site et ses conseils.
    J’envisage de fabriquer une petite serre en bois et bâche transparente avec un toit en polycarbonate. Bref classique, sauf que je veux la faire démontable en 4 panneaux pour pouvoir la changer de place et ainsi profiter d’une terre neuve tous les ans. En profitant du déplacement pour laver les parois.
    Toutefois par rapport à une structure fixe je vais perdre en luminosité car les montants des panneaux serons plus larges ( pour supporter les déplacements )
    Ce point vous semble -t-il cruciale?

  • Jenny Gloster dit

    @Rosine, les 2 solutions sont possibles. Il faut obtenir une température supérieure à 26 degrés (pour le mildiou) mais il faut aussi faire attention à l’hygrométrie et ne pas cuire les plants de tomate!

    @Cécile, je ne connais pas Le jardin bio de M.L.KREUTER. Je comprends le point de vue pour la fertilisation, je comprends moins pour le mildiou. 

    @Ben, déplacer la terre de temps en temps me parait une bonne idée, difficile à appliquer avec une serre normale. Les tomates ont besoin de température et de luminosité. Je pense néanmoins que la luminosité suffira

    Jenny

  • ben dit

    Merci

  • kotedji dit

    bonjour et merci pour votre aide je suis une passionnée de jardinage et j’aimerais monté mon propre serre mais dans ma région il n’y a pas de boutique qui vent ces matériaux.penser vous que je peux en fabriquer moi même?si oui quel variété de tomate je vais planter dans ma localité qui a pluisieurs temperature:de novembre à février on a l’harmatant de mars à juin on a on a le solaire ou la température montre jusqu’à 48° de juin à octobre on les pluie je suis au Bénin dans le nord a Parakou

  • Vitu dit

    J ai une serre depuis plusieurs années et je n’arrives pas à avoir des tomates comme en plein air pourtant je ai des fenêtres pour aérer le problème je repique mes plants dans des pots de bonnes dimensions le sol étant en ciment et je reste dans l aisne pas de chauffage dans celle ci merci pour une reponse

  • Seb dit

    Bonjour à tous,
    Ma serre se situe en belgique et la culture des tomates, aubergines, poivrons n’est possible qu’en serre si on veut de beaux légumes et fruits sans maladies. Pour résoudre le problème de la rotation des cultures, il y a deux solutions faciles à mettre en oeuvre. La première consiste à cultiver en contenants que l’on rempli chaque année ou tous les deux ans par de la terre prélevée à des endroits différents du jardin. Contenant de 15 litres au moins. Deuxième méthode, on ne change que la terre à l’endroit de plantation. On pratiquë un trou d’un fer de bêche, on évacue la terre avec un grand seau que l’on verse dans un coin du jardin et on rempli le seau……

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



c37698b725d7be69bb149f8c85f6c915>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Lire les articles précédents :
La culture du panais

Je vais démarrer une petite série d’articles consacrés aux légumes d’hiver. Au printemps, en été et même à l’automne on...

Fermer