La bruche de la fève


La bruche de la fève : Bruchus rufimanus :

16 novembre 2012 |   Auteur: Jenny Gloster 

bruche des fèves La bruche de la fève peut faire des dégâts sur votre culture. Pour diminuer son impact cultivez, de préférence, des fèves d’automne.

Préparation des graines de fèves avant semis.

Au printemps j’ai posté un article sur mon blog sur la culture de fèves d’automne. C’est actuellement le moment de réaliser les semis. Avant de vous parler de ces semis je vous propose un article sur un des prédateurs des fèves : la bruche des fèves.



La bruche de la fève : Bruchus rufimanus :

Comme pour la plupart de mes légumes j’ai préparé mes propres graines. Pour les fèves cette initiative est encore plus indispensable que pour d’autres légumes : les graines de fèves  sont hors de prix dans les magasins spécialisés.

Si, donc,  vous faites comme moi, pour les graines de fèves je vous conseille de faire une vérification avant de semer. En effet vos fèves risquent d’avoir été attaquées par la bruche de la fève. C’est très fréquent.  La bruche de la fève (Bruchus rufimanus)  est un petit insecte (coléoptère) qui pond des œufs à la surface des gousses de fèves.

L’œuf pondu passe par différents stades larvaires pendant une durée d’environ 5 mois.  La larve s’introduit dans la graine de la fève et s’y développe.

Quand je consomme les fèves je ne vois pas de trou dans les grains de fèves. Par contre actuellement 5 mois après je constate que certains grains sont percés.

Avant de semer vous devez donc vérifier les graines une par une et éliminer les graines trouées. J’ai tenté une autre solution, j’ai plongé des  graines dans de l’eau pendant environ une journée. Les bruches, maintenant formées, sortent  ou sont noyées. J’ai quand même peur que certaines bruches résistent à cette opération (je cumule les 2 méthodes, je trie puis je les plonge dans l’eau ce qui est très bon pour la germination).

Il est préférable d’éliminer les graines percées même si  ce n’est pas totalement obligatoire. Le taux de germination ne s’en ressent pas vraiment. Par contre  la capacité « nourricière » de la graine est diminuée et vous risquez d’obtenir un moins bon rendement si beaucoup de graines ont été entamées par les bruches. De plus il ne semble pas judicieux de favoriser l’arrivée des bruches sur les cultures de l’année prochaine.

Comment éviter la propagation des bruches :

Je pense, sans en avoir la certitude, que les attaques de bruches sont moindres pour les semis d’automne pour des raisons climatiques, pour des raisons de disponibilité de nourriture et pour des raisons de maturité sexuelle des bruches.

Il est intéressant de parler de cette disponibilité de nourriture. En effet dans certains cas les bruches se nourrissent du « miellat » des pucerons. Comme les pucerons ne sont pas encore beaucoup présents à cette époque la nourriture des bruches est moins abondante ! Raison de plus pour semer vos fèves à l’automne et non au printemps !

Une des solutions est bien sûr d’éviter le développement des bruches. Certains peuvent utiliser des insecticides ; ce n’est pas mon choix, vous le savez ! De plus il faut traiter plusieurs fois pendant la floraison et la fructification des fèves.

En Bretagne le climat humide évite une trop grande attaque des bruches. En effet les bruches ont du mal à pondre sur les gousses mouillées. Cela pourrait, peut-être, est une des méthodes de « gestion » des bruches. En cas de temps chaud et ensoleillé, arroser un peu les fèves avec de l’eau ;  Qu’en pensez-vous ?





Tags:

3 Commentaires

  • yvon dit

    Bonjour Jenny, et heureux de te rencontrer.
    Je viens de lire ton article sur les bruches. Je ne connaissais pas cette bestiole, maintennant, oui! Je les ai eues en cadeau gratuit avec des « fèves de Marais » de chez Vilmorin. Et ma récolte a été presque entièrement détruite.
    J’ai plongé les graines 24h dans l’eau, j’ai récupéré les insectes qui flottaient. Quand ça a cessé, je les ai sorties pour les sécher et il est encore sorti d’autres bruches. Elles ne respirent donc pas?
    Ce matin j’ai écrit à Vilmorin pour avoir des explications car je crains que mon potager ne soit, à présent, contaminé.
    Je te souhaite une bonne soirée.
    Yvon.

  • Jenny Gloster dit

    @Yvon, Je pense qu’une des solutions est de mettre les graines (à semer) au congélateur. A ma connaissance les bruches ne résistent pas à une température inférieure à -20 degrés pendant au moins 48 heures. Je vais tester cette méthode, plus radicale que la « baignade »
    Jenny

  • benoit - désinsectisation à toulouse dit

    @Jenny
     
    Ca a marché de les mettre au congélateur?
    C’est intéressant. Ca éviterait de mettre de l’insecticide.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



bfc0d2fdec7ff0e0f1b2f3f4fc3d61dd^^^^^^
Lire les articles précédents :
Ebook : ma plante préférée !

17 jardiniers ou « jardinières » ont bien voulu participer à mon carnaval d’articles quelle est votre plante préférée. Je les en...

Fermer