Gagner de l'argent avec son potager


Gagner de l’argent au potager :

6 janvier 2013 |   Auteur: Jenny Gloster 

Cet article fait suite à 2 autres articles consacrés à la rentabilité du potager.



Pas de produits chimiques = moins de dépenses!

Un potager sera d’autant plus rentable que vous n’utiliserez pas ou peu de produits chimiques.

Si vous achetez en jardinerie quantités de terreaux, tourbes, engrais et pesticides la rentabilité de votre potager s’en ressentira.

Beaucoup de personnes vous diront qu’il est impossible d’avoir de belles récoltes sans traitements chimiques. Je vous assure du contraire !

Bien sûr vous n’aurez pas que des réussites. Lorsqu’on cultive en bio il faut accepter un petit pourcentage de risque et de perte. Ceci étant dit ce risque peut être « calculé ».

Les désherbants chimiques c’est cher et dangereux !

Utiliser des désherbants ce n’est pas terrible pour la santé et cela coûte plus cher que le binage ! Bien sûr il ne faut pas se faire déborder par les mauvaises herbes sinon vous risquez de vous lasser et de vous détourner rapidement du jardinage. Des solutions existent pour « gérer ces herbes que l’on dit mauvaises ; le paillage par exemple.

Des solutions alternatives aux insecticides et fongicides :

Je ne conçois pas de manger des légumes sur lesquels j’ai pulvérisé de multiples produits de traitement comme des fongicides ou des insecticides. Là aussi des solutions existent pour gérer les nuisibles (escargots et limaces par exemples) et les insectes comme les altises (qui font parties de mes « pires ennemies »)

Pour éviter ou pour contenir les maladies il faut d’abord une terre riche. Les plantes sont comme les humains, une plante chétive attrapera facilement toute maladie qui se présentera dans le secteur.

Il existe aussi les purins et décoctions qui permettent de limiter le développement de nombreuses maladies.

Un des points que je souligne souvent c’est d’avoir un potager assez aéré. Si vos plantes sont trop serrées les risques de maladies sont beaucoup plus importants. C’est le cas du botrytis sur le pois par exemple, j’aère aussi un maximum mes plants de fraisiers, etc…



La rotation des cultures permet d’éviter le retour des maladies. C’est particulièrement vrai pour les crucifères et légumineuses espèces pour lesquelles vous essaierez d’avoir au moins une rotation de 4 ans.

Les cultures associées permettent aussi de diminuer la pression des maladies. Tout le monde connaît, par exemple, l’association poireaux et fraises.

Cultiver de nombreuses plantes aromatiques est une solution importante pour éliminer nuisibles et maladies. C’est avec la biodiversité mon crédo pour éviter l’utilisation de produits chimiques. Je cultive et je consomme beaucoup de plantes aromatiques différentes, c’est délicieux et c’est utile au potager.

Prochain et dernier article sur l’économie au potager : votre potager sera rentable si vous êtes un peu radin !

cultures associées Les cultures associées sont une des méthodes permettant d’éviter les pesticides au potager



4 Commentaires

  • Yannick dit

    Bonjour Jenny,
    Excellent article !! Je suis bien d’acord avec ces quelques règles limitant les maladies ou encore la présence des nuisibles ; dans le fond, on pourrait dire qu’une démarche axée sur la prévention est la meilleur arme pour un jardinier disant STOP aux produits chimiques.
    Merci à toi et à bientôt
    Yannick

  • Nicolas {PotagerDurable} dit

    Etant aussi un adepte du jardinage naturel, je pratique tout ce que tu as écrit.
    Juste une chose qui me vient à l’esprit : une terre trop riche (en azote notemment) va favoriser la pousse de feuillage vert bien tendre. Et les insectes grignoteurs verront leur tâche facilitée.
    A mon avis, la rotation des cultures ne devient utile qu’à partir d’une certaine surface de potager (ou en cas de maladie importante).
    Pour ceux qui ont juste un petit potager en carrés, ça peut vite tourner à la prise de tête.
    Il y a d’autres contraintes qui me semblent plus importantes, comme le positionnement des légumes les uns par rapport aux autres pour qu’ils reçoivent bien la lumière du soleil.
    Bonne journée,Nicolas

  • Loïc Vauclin [Mon potager en carré] dit

    Bonjour Jenny
    Bonne année à toi et ton jardin ! :)
    Cette question de rentabilité du potager m’a aussi préoccupé durant un moment. Seulement la question est aussi : rentable par rapport à quoi ?
    Par rapport aux légumes en cartons vendus en grande surface ?
    Les problèmes des légumes de l’agriculture industriel c’est qu’ils ne tiennent pas contre du coup réel comme :

    L’impact sur l’environnement
    Les subventions
    Le transport
    L’impact sur notre santé

    Aujourd’hui je me dit que ma santé a bien plus de valeur que mon porte-monnaie ! :)
    Par rapport aux légumes en cartons vendus en grande surface ?
    Le problèmes des légumes de l’agriculture industriel c’est qu’il ne tiennent pas contre du coup réel comme :
    L’impact sur l’environnement
    Les subventions
    Le transport

  • Jenny Gloster dit

    Merci à tous les 3 pour vos intéressants commentaires.

    @yannick : Comme tu le dis la prévention c’est capital. Pour moi la biodiversité est la base de la prévention (tu le sais bien!).

    @nicolas : Je rencontre rarement des terres trop riches en azote quand le taux de matière organique est élevé. La rotation des cultures est déterminante pour les agriculteurs, elle reste importante pour les jardiniers en particulier pour les légumineuses. Ces problèmes peuvent parfois intervenir longtemps après. J’ai vu à Scaër, chez moi, des champs ne pouvant plus supporter des cultures de pois ni surtout de haricots : ça fait réfléchir. L’aération des cultures est vraiment capitale. J’ai fait de nombreux essais sur les fraisiers par exemple. Maintenant je laisse pas mal de distance entre chaque rang de fraises.

    @Loïc, tu as raison la rentabilité n’est qu’un des aspects du jardinage. Pour moi le facteur principal c’est le plaisir. Je ne compare pas le prix de mes fruits et légumes avec les prix des grandes surfaces mais, néanmoins,  chez nous le potager fait partie de notre modèle économique. Je fais attention aux dépenses ce qui me fait, par exemple, rechercher des serres et des bâches d’occasion.

    Bonne année

    Jenny

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



8a21207dc0fece625fdf2b98210ab447LLLLLLLLLLLLLLLLLLLL
Read previous post:
Bonne année au jardin

L’année 2012 se termine et je suis heureuse de vous souhaiter tous mes vœux pour la nouvelle année. Que 2013...

Close