Comment démarrer un nouveau jardin?


Comment démarrer un nouveau jardin ? – Prenez le bon exemple de Suzie !

23 novembre 2016 |   Auteur: Jenny Gloster 

Démarrer un nouveau jardin

J’ai la chance d’avoir une merveilleuse belle-mère. Elle s’appelle Suzie, et habite dans le nord de l’Angleterre. Son enthousiasme et son énergie sont remarquables et contagieux ! C’est quelqu’un de très ‘ouvert’, une vrai mine de connaissances, et surtout, une grande sensibilité à l’environnement.
Vous vous rappelez peut être qu’elle a parlé, de façon très touchante, de l’histoire d’un pommier. L’année dernière Suzie et Tony (mon beau père) ont déménagé dans une maison un peu plus petite et plus proche d’un village, laissant derrière eux, un très beau jardin potager dans leur ancienne propriété. C’est la troisième fois que ma belle-mère crée un jardin depuis que je la connais !
Je viens de tomber sur une lettre qu’elle m’a écrite au printemps à propos de son nouveau jardin. J’aimerais la partager avec vous car je trouve son approche (et sa patience!) très intéressants pour tous ceux qui démarrent un ‘nouveau’ jardin.

Suzie me donne des nouvelles de son nouveau jardin

Ma chère Jenny,

Tu m’avais demandé comment progresse mon ‘nouveau’ jardin. La réponse : lentement ! Mon père m’a toujours dit qu’il faut attendre le passage d’une saison avant de faire quoi que ce soit, juste pour découvrir ce qu’il y a déjà : quelles plantes, quels oiseaux, quels insectes…?
Cette année d’attente et d’observation est maintenant passée, avec quelques belles surprises : perce-neiges, primevères, jonquilles, tulipes, jacinthes des bois…
Je les aurais facilement déterrées par erreur et les aurais perdues. Et ce rang de brindilles devant la façade de la maison s’est transformé en hortensia ‘Limelight’, avec ses belles fleurs vert-clair/blanches qui se renouvellent pendant tout l’été.
Tu te rappelles du coin en haut, complètement envahi ? Il est rempli d’Hellébores orientales roses, violettes et blanches (Helleborus orientalis), et, merveille des merveilles, de fritillaire pintade (fritillaria meleagris)!

nouveau jardin
Voici Suzie récoltant les graines d’haricot d’Espagne l’année dernière (chez moi)

Concernant la faune du jardin, les oiseaux et insectes sont déjà assez nombreux, mais nous voulons attirer plus d’espèces. Nous soupçonnons la présence de hérissons sous la haie ! Espérons !
Tout n’est pas beau dans ce nouveau jardin.
Nous avons enlevé deux énormes cyprès, ce qui a mis à jour un ancien dépotoir : cinq sapins de Noël morts (quelques-uns encore décorés !), un ancien lit pleins de fils de fer, des planches pourries, des pots fêlés, de vieux gants et beaucoup de morceaux de verre cassé. Six voyages à la déchetterie !

Voici notre stratégie pour l’année à venir :

– alléger le sol (lourd et argileux)
– planter un coin de fines herbes
– créer un potager
– monter une serre
– construire un plan d’eau
– ajouter des plantes mellifères pour attirer un maximum d’insectes

Mais, comme tu sais bien, les plans peuvent toujours changer !

Je t’embrasse.

Suzie

Si vous avez acquis un nouveau jardin – est-ce que vous avez eu des belles/ mauvaises surprises comme Suzie? Quels conseils/astuces donneriez-vous pour quelqu’un qui déménage ?



8 Commentaires

  • Anne dit

    très interessant cet article , un jardin qui commence , une évolution qui se fait au fil du temps , et surtout surtout ne pas se presser , les gouts changent , les plantes aussi , je suis passionnée par un jardin 2 ,5 , 10 après . Montrer cette évolution , non pas l’acquisition d’un nouveau terrain à côté de l’ancien , mais ce que le terrain premier est devenu
    Anne

  • Manon dit

    C’est très généreux de votre part de nous partager sa lettre ! Je n’avais jamais songé à regarder les plantes déjà présentes dans un jardin pendant une année. C’est vraiment ingénieux et réfléchi. J’aime beaucoup la façon de penser de votre belle mère. Je penserai à cette lettre le jour où je pourrais avoir mon petit jardin.

  • Eric dit

    Ah, moi, le lit avec « pleins de fils de fer », je l’aurais conservé en l’ornant de différentes fleurs.
    Je suis très fan des fleurs et des plantes qui prennent le pas sur ce que l’homme abandonne.
    Angkor est mon plus bel exemple !

  • Marie dit

    Bonjour. Merci de partager cette touchante lettre. Je me retrouve un peu en Suzie.
    Voici notre expérience. Nous avons eu un coup de cœur pour une vieille maison à l’abandon et de son jardin (plus de 60 ans). Entre la rénovation de la « case » et le nettoyage du jardin on a mis 9 mois (une gestation). De découvertes en surprises, beaucoup de choses à déposer en déchetterie… quelques allers retours pour nous aussi.
    Pendant tout ce temps, au jardin, entre les 3 palmiers envahis de mauvaises herbes et de lianes de chouchou, un prunier sauvé de justesse et un vieil azalée, je passais mon temps à observer tout ce qui se plaisait aux alentours. Je suis encore aux aguets de renseignements sur les cultures anciennes qui occupaient le jardin à son origine… et je suis époustouflée de tout ce qui poussait là… chez nous maintenant, un vrai bonheur !.
    Depuis mai on habite la maisonnée et on très fiers. Le jardin nous révèle encore de belles surprises par ex des courges ont poussé spontanément ainsi que des songes…Côté fleurs un rosier a surgit de terre, des bégonias… cette terre est si bonne !
    Nos amis et même les voisins sont surpris du changement.
    Aujourd’hui à 8 mois et en période d’été proche je profite d’agapanthes qui dressent leurs boules azurées sous les palmiers. Je me laisse le temps avant d’introduire des plantes.
    Bonne continuation à Suzie.

  • long kesh dit

    J’achèterai bientôt une maison et peut être laisserais-je mon jardin de campagne de côté pour en démarrer un autre chez moi? L’observation est toujours le meilleur allié chez le jardinier. Mais tenir un an sans ne rien toucher avant de commencer? Je crains de ne pas avoir la patience…

  • Déco jardin dit

    Ma belle mère vient également d’acheter une nouvelle maison, mais en Ecosse ! Son but est également de s’aménager un tout nouveau jardin (elle disposera de plus de 25 ares) pour y planter des arbres fruitiers et se réserver un coin potager. Je m’empresse de lui envoyer une copie de votre article :)

  • Mélanie Pignout dit

    C’est très sympa de votre part de nous partager cette lettre ! Lidée de réaliser ce projet sur une année complète est vraiment intéressant, c’est une bonne idée ! Dès que j’ai mon petit jardin, je pense à faire la même chose !

  • Gérard dit

    Bon projet en perspective. Un petit coin de paradis en devenir

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



fa4645ddccb5d47860a862546c67c5ccDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD
Lire les articles précédents :
Et si mon potager m’aidait à avoir une bonne vue ?

Ce texte fait partie d’un ensemble de 4 articles consacrés à l’influence de l’alimentation sur la santé des yeux.  Si...

Fermer