Mon potager est rentable


Mon potager est rentable !

9 janvier 2013 |   Auteur: Jardin Jenny 

Cet article est le dernier de la série consacré aux économies possibles grâce au potager. Je serai, bien sûr, très heureuse d’avoir vos retours d’expérience sur le potager économique !

Attention au gaspillage de nourriture :

La rentabilité du potager dépend aussi du « non gaspillage ». Ces derniers temps de nombreux articles de journaux ont fleuri sur le gaspillage en magasin (produit périmés, produits légèrement moins beaux …) et sur le gaspillage chez le consommateur (beaucoup de produits, parfois non déballés se retrouvent directement dans les poubelles).

Lorsque vous vous serez occupé du semis, du binage, de la surveillance d’une culture vous ne jetterez pas la récolte.  Il vous arrivera d’avoir trop de légumes à une période donnée. Vous pourrez en faire des conserves, les sécher (cette méthode de conservation est peu coûteuse et très intéressante au niveau des saveurs) ou les congeler. Si après ces opérations vous avez encore trop de légumes vous en donnerez à vos voisins et amis qui seront ravis. Une des caractéristiques des jardiniers et jardinières c’est d’être parfois un peu trop fier de sa production mais tous les jardiniers sont sympas. La société B-actif en a fait l’expérience en faisant une enquête auprès de ses acheteurs de consoude. Ils n’en sont toujours pas revenus. Ils ont eu des centaines de réponses toutes plus sympa les unes que les autres : incroyable.

Le jardinage comme facteur d’intégration sociale cela existe !



La rentabilité au potager dépend aussi du taux d’échecs.

Le succès d’une culture dépend des conditions météorologiques.  Une des solutions est de semer moins de graines à la fois et de semer plus souvent (pour avoir plus de chance de réussir). C’est tellement décevant de perdre une grande culture après tout l’effort investi mais beaucoup moins grave si la surface est plus petite. On étale aussi les récoltes ce qui en même temps permet d’éviter certains gaspillages.

Il faut aussi résister à la tentation les beaux jours en début de printemps. En 2012 j’ai semé mes maïs doux trop tôt et je les ai perdus avec une gelée tardive.  Il vaut mieux attendre et avoir de belles récoltes un peu plus tard et/ou semer sous serre et protéger ses semis.

Le potager est en général rentable pour le « ménage » mais il est aussi rentable pour la collectivité :

  • On est plus en forme, les dépenses de santé diminuent.
  • Il y a beaucoup moins de transport et de consommation de carbone.
  • Il y a  moins de gaspillage.
  • Il y a beaucoup moins de déchets à collecter en particulier grâce au compostage
  • Etc…

En résumé, le potager est rentable si on est un peu radin.

Votre objectif ne doit pas être d’augmenter le chiffre d’affaires des jardineries du coin.

Je pense que pour connaître la rentabilité d’un potager il peut être utile de se projeter dans d’autres pays.

Un ami m’a raconté la vie d’un ingénieur Ukrainien. Il avait théoriquement un salaire correct pour le pays mais il ne pouvait néanmoins pas s’en sortir sans son potager. Son potager était situé à 30 km de son appartement. Il devait y aller en vélo, il y allait en famille chaque samedi et vivait toute la semaine sur les fruits et légumes récoltés. Bien sûr il faisait beaucoup de conserves. Il n’avait pas les moyens d’acheter de produits chimiques d’ailleurs introuvables, donc il mangeait sain !!! Il faisait du sport tous les week-ends ce qui était aussi très bon pour la santé.

Il n’envisageait pas de se séparer de son potager, par obligation mais aussi par plaisir !

Et vous ? Votre potager est-il rentable ?

champignon shiitake
Pour éviter le gaspillage pensez à sécher fruits, légumes et champignons. C’est une opération très peu coûteuse. Ici séchage de shiitake





7 Commentaires

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



ab2f3acb7a9ab84d08207225a1ce035044444444444444444444444444444444