Un livre pour vous aider à réussir vos cultures de tomates !


Un livre pour vous aider à réussir vos cultures de tomates !

1 mars 2013 |   Auteur: Jenny Gloster 

La tomate est le légume préféré des français. Tous les possesseurs d’un potager (ou presque) cultivent des tomates. C’est normal, c’est tellement agréable de manger les tomates de son propre jardin. Et la tomate se consomme de multiples façons ; à l’apéro grâce aux tomates cerises, en salade, dans de très nombreux plats cuisinés, en jus, en soupe et même en confiture.

Réussir sa culture de tomates (sans mildiou):

Par contre la tomate est une culture relativement difficile à réussir. Vous devez choisir des variétés correspondant à vos besoins, à vos méthodes et à votre climat.

Et surtout vous devez réussir à éviter ou gérer le mildiou.

C’est très frustrant de voir une récolte prometteuse disparaitre brutalement à cause du mildiou.

Aujourd’hui je vous propose d’acheter un livre écrit par un jardinier confirmé : Nicolas. Il vous donne toutes les informations utiles pour réussir votre culture de tomates !

Livre Anti-mildiou

Vous avez le choix entre 3 formules :

Le livre numérique seul à 9 €

Le livre numérique plus une galerie photo à 17 €

Le livre papier + le livre numérique + la galerie photo à 26 €.

Il s’agit d’un livre facile à lire, écrit avec des mots d’un jardinier tout en étant très complet. Nicolas ne fait pas de théorie compliquée il vous décrit les méthodes qu’il utilise lui-même dans son potager.

Voici d’ailleurs ce qu’il écrit en préambule :

 

Voici la méthode exacte que j’emploie pour faire pousser mes tomates sans maladies. Du semis à la récolte avec  toutes les précautions à prendre et sans produits chimiques.

 




 

Un livre sur la culture des tomates utile pour les amateurs mais aussi pour les jardiniers expérimentés:

Pour ma part, après 20 ans de jardinage, je considère que je commence à en « connaitre un bout » et pourtant ce livre m’a apporté de nombreux conseils inédits. Je vais en tirer des conclusions et faire légèrement évoluer mes pratiques.

Sa méthode de semis est très différente de la mienne, je vais tester sa méthode dès cette année (même si je trouve qu’il y a un petit gaspillage de graines)

Nicolas insiste tout naturellement sur la phase d’endurcissement, c’est capital mais j’ai constaté que de très nombreux jardiniers amateurs zappaient cette phase.

La mise en terre des plants de tomate est très bien présentée.

Les plantes « compagnes »  de la tomate sont, bien sûr, détaillées, ainsi d’ailleurs que les proximités à éviter.

Il préconise  de bouturer des gourmands (issus de la taille) pour donner de nouveaux plants ce qui est une méthode très économique.

Fabrication de purins, décoctions et infusions pour tomates :

Vous trouverez dans ce livre les méthodes de fabrication de purins (d’ortie et de consoude),  de décoction (de prèle ou d’ail), et d’infusion de sauge, tous produits très utiles pour éviter le mildiou.

Jusqu’à présent, je n’ai jamais utilisé de bicarbonate de soude dans la lutte anti-mildiou, je vais bien sûr essayer dès cette année.

Bref, en achetant ce livre vous mettrez toutes les chances de réussir votre culture de tomates.

Produire ses propres tomates c’est possible !
Le mildiou n’est pas une fatalité !
Il est possible de stopper une attaque de mildiou !
Comme Nicolas, Je vous souhaite une bonne lecture et surtout, une abondante récolte de tomates dès cette année.

Livre Anti-mildiou




 

Share on LinkedIn0Pin on Pinterest2Tweet about this on TwitterShare on Facebook1Share on Google+0Email this to someone


20 Commentaires

  • pauline dit

    Si c’est bien le seul légumes que je n’arrive pas à manger c’est la tomate mais j’imagine que ce livre doit avoir un franc succès?

  • Fab dit

    Pour faire simple :
    faire ses plants, privilégier les variétés « résistantes ». Faire des plants greffés.
    pailler avec une toile le sol et défolier le bas
    arroser avec un goutte à goutte
    traiter au bicarblnate (éviter d’en mettre trop) quand les conditions sont favorables au mildiou.
    Coouvrir en fin de saison : piquets + baches.
    Faire des semis plus tard en saison.
    Le basilic et autres oeillets ne changent rien du tout (au mieux cela oblige à écarter les plants) mais les oeillets sont utiles tout de même pour d’autres maladies de la tomates et les nématodes.
    Voila mes connaissance pour 1 centime !

  • Jenny Gloster dit

    @pauline, c’est très rare les personnes qui ne mangent jamais de tomates. Je connais un enfant allergique, c’est très embêtant car on retrouve des tomates dans beaucoup de sauces et de plats cuisinés (ainsi il doit faire très attention avec les pizzas par exemple).

    @fab, merci pour le commentaire. Tu connais bien la culture de la tomate, félicitations. Pour ma part je cultive aussi des tomates depuis une vingtaine d’années et le livre de Nicolas m’a pourtant apporté quelques informations intéressantes.

    Tous les jardiniers, ou presque, cultivent de la tomate mais tous ne la réussissent pas. D’après mon expérience c’est une des cultures les plus difficiles à réussir en climat tempéré. Ainsi en 2012 mon voisin a vu tous ses pieds de tomates attaqués brutalement par le mildiou, il n’a pas pu récolter une seule tomate. Sa déception a été importante et il a considéré qu’il était « incompétent ». Ce n’est bien sûr pas le cas, quelques conseils simples, comme ceux du bouquin auraient réglé le problème!

    Le fils d’un ami (habitant à l’étranger) a eu les mêmes déboires avec des conséquences encore plus graves. Il a définitivement abandonné le jardinage. C’est absurde, de petits conseils lui auraient permis de continuer à se faire plaisir en jardinant.

    Je ne suis pas de ton avis concernant le basilic. J’en mets toujours à proximité des tomates. Cela ne pose pas de problèmes de place car je laisse une distance « raisonnable » entre les pieds de tomates pour justement éviter les maladies. Par ailleurs cela facilite la récolte tomates et basilic pour préparer une bonne salade de tomates (les 2 plants se trouvant au même endroit). Enfin je considère que le basilic protège la tomate contre certains parasites. Je suis particulièrement adepte de la biodiversité et je pense que la culture de nombreuses plantes aromatiques facilitent le jardinage bio

    Jenny

  • Fab dit

    Pour le basilic, il a bien des avantages mais pas celui d’empêcher le mildiou. Je me suis surement mal exprimé. Et ce bouqin est sans doute très utile, je n’en doute pas connaissant Nicolas !

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Fab, 

    Oui le livre me parait très utile. Il ne traite pas que du mildiou, même si ce thème est évidemment important pour la culture de tomates. Il conseille d’ailleurs la culture du basilic pour « exalter » le goût des tomates. Comme je mets toujours des pieds de basilic à proximité des plants de tomates, je n’ai pas pu constater cet éffet!

    Jenny

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour à tous,

    Je voudrais demander aux spécialistes de me donner leur avis sur l’utilisation de bouillie bordelaise ou de fils de cuivre pour la culture des tomates. Moi je n’en utilise pas. Nicolas,aussi, déconseille les 2 dans son livre. 

    Aujourdhui je viens de découvrir un article qui « démontrerait » les inconvénients du cuivre en particulier au niveau de la population des vers de terre. Cette étude m’interpelle. Avez-vous un avis?

    Jenny

  • Patricia dit

    Bonjour Jenny,
    Je me renseigne actuellement pour l’achat d’une serre pour faire mes semis et la culture de tomates, salades … auriez-vous quelques conseils à me donner pour le choix, la qualité (verre, plastique, tunnel, )… d’une serre car je suis perdue ! Je vis en hte-savoie et mon terrain et un peu en pente ! Merci d’avance et merci pour votre blog pleins de bons conseils !
     

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Patricia,

    Je ne suis pas spécialiste des serres, je vais donc te présenter ma méthode de « choix »

    D’abord, en Bretagne, la serre est presque obligatoire pour réaliser un potager et cultiver des tomates par exemple.

    Mais une serre coûte cher.

    Si ton objectif est le plaisir, tu choisis ce que tu préféres à l’oeil, par exemple, une serre en verre.

    Pour ma part, je fais attention aux dépenses. J’ai donc acheté cette année une deuxième serre d’occasion sur internet. Il est facile d’en trouver.

    Pour ce qui est de la bâche, je vais voir systématiquement un pépiniériste proche de chez moi. Pour des raisons d’assurance il doit changer ses bâches régulièrement. Je lui achète donc des baches d’occasion qui ont une deuxième vie dans mon jardin. Cela évite aussi une destruction de plastique qui pourrait se révéler nocive pour l’environnement.

    Bon jardinage

    Jenny

  • Emmanuelle & Fred dit

    Cette année encore nous cultiverons des tomates issues de nos semis. L’année dernière a été catastrophique puisque l’ensemble de nos pieds de tomates ont été touchées par le Mildiou.
    On espère donc pouvoir manger de la tomate cette année.
    Votre blog est très bien fait, félicitation, nous allons le suivre.
    A Bientôt !

  • Jenny Gloster dit

    @Emmanuelle et Fred, la culture de la tomate est une des plus délicates à réussir. Le mildiou est le risque le plus grand. Nicolas apporte dans son livre de nombreux conseils dont certains peu connus voire même inédits. De mon côté j’ai publié l’année dernière un article intitulé 22 conseils pour réussir la culure des tomates.

    Bon jardinage!

    Jenny

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour à tous,

    Vignaux vient de me laisser un commentaire étonnant sur l’article « 22 conseils pour réussir la culture de tomates ». C’est un article ancien et je crains donc que beaucoup de lecteurs ne voient pas sa proposition. Voici ce qu’il dit : Pour le mildiou de la tomate j’utilise un procédé conseillé par un rosiériste : dès le début de l’attaque  pulvériser sur les tomates un mélange de 1 litre de lait entier pour 5 l d’eau : tout simplement magique!

    Quelqu’un d’autre a t’il une expérience avec cette méthode qui semble facile. Pour ma part je vais l’essayer dès cette année. Nicolas, et toi qu’en penses-tu?

    Je suis d’autant plus intéressée depuis que j’ai lu l’article « déconseillant » la bouillie bordelaise que je n’utilise pas mais qui est très répandue.

    Merci d’avance pour vos retours

    Jenny


  • Fab dit

    Après avoir cherché beaucoup de renseignement, les différentes études scientifiques montrent que le lait dilué à un effet sur l’oïdium (http://www.agrar.de/agenda/bettiol.htm) mais que in-vivo l’effet sur le mildiou de la tomates (quelques soient les souches) n’est pas probant. Il y a des études également sur le mildiou de la vigne

  • Jenny Gloster dit

    @Fab, merci pour tous ces renseignements. Je viens de lire pas mal d’articles sur le sujet. Je suis intéressée et je vais donc tester cette méthode dès cet été.

    Bon jardinage

    Jenny

  • Jérémie dit

    Bonjour Jenny,
    je suis aussi en Bretagne (sud de Rennes) et j’ai fait cette année un (petit) investissement avec une serre tunnel. J’ai l’habitude d’acheter mes plants chez une personne près de chez moi qui cultive et vend ses plants bio de toute sorte (fleurs comestibles, vivaces et potagères). Elle ouvre le week-end seulement et à partir de lundi prochain (lundi de pâques)
    Comme c’est ma première expérience de serre, pensez-vous que ce soit la bonne période pour les plants de tomate ? 
    Quel autre plantation puis-je aussi y mettre ? (petite serre de 9m2) Courgette, aubergine ?
    merci d’avance

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Jérémie,

    C’est vrai, avec le froid exceptionel et persistant il faut faire très attention aux plants de tomates.  Mes plants sont sous serre mais couvert la nuit d’un voile protecteur.  L’autre jour j’ai oublié de couvrir quelques plants et claque ! perdus.  Je mets toujours quelques rangées de carottes sous serre, elles poussent vite, la chaleur ne leur dérangent pas et elles sont rarement touchées par la mouche de la carotte.   Le basilic est toujours un ‘must have’ dans la serre, je mets aussi concombres, aubergines… et pourquoi pas une vigne?

    Les courgettes sont toujours en plein air chez moi, elles sont très faciles à cultiver, la serre n’est pas nécessaire.

    Bon jardinage

    Jenny

  • Jérémie dit

    Bonjour Jenny et merci pour votre réponse 
    Vous avez donc déjà planté vos tomates. Je pense que je vais attendre un peu vu que mon mini maxi m’indiququand dans la serre ça descend encore sous zéro.
    Cordialement
    Jérémie

  • Jérémie dit

    Bonjour Jenny,
    des nouvelles de ma petite serre tunnel acquise cette année : les plants de tomates (plantés le 4 mai) se portent à merveille et arrivent presque en haut de la serre. J’ai peu arrosé au début et arrose 1 fois par semaine maintenant. j’ai aussi utilisé 1 fois du purin de consoude et 1 fois du purin d’ortie.
    Maintenant se pose la question de mes 3 vacances en juillet. Je pense que je vais opter pour les bouteilles renversées. Ma crainte porte juste sur les plants qui risquent de pousser beaucoup, de retomber et ainsi de s’abimer. 
    Avez-vous des conseils à me donner avant que je ne laisse me splants à leur sort ? (taille…)
     
    merci d’avance !

  • Jenny Gloster dit

    @Jérémie, désolée, je n’ai pas pu répondre plus tôt.

    Ma solution, pour les vacances est de confier le jardin à un voisin ou ami. Je ne lui demande pas de beaucoup travailler mais de surveiller et de faire quelques arrosages.

    Bien sur, il a le droit de se servir ce qui lui plait beaucoup.

    Peux tu nous dire comment tu as fait et quels ont été les résultats

    Merci d’avance

    Jenny

  • Jérémie dit

    Bonjour Jenny et merci pour la réponse.
    je me suis arrangé en mettant 2 à 3 bouteilles d’1 litre 1/2 retournées sur chaque plant (gros boulot :-), et quand je suis revenu fin juillet les bouteilles étaient vides et les plants étaient bien développés, jusqu’à toucher le toit.
    Pour faire un bilan de ma première saison de tomates, ça s’est plutôt bien passé, les tomates sont déliceuses.
    Les tomates cerises sont celles qui donnent le plus. Les autres n’ont pas trop donné, apparemment sur tout le bas des plants, jusqu’à 1m à peu près, les fleurs n’ont pas été fécondées. Cela correspond peut-être à juillet où je n’étais pas là pour secouer.
    Dans les autres tomates, les noires de crimée donnent très peu, ce sont les marmandes qui ont le mieux marché.
    Sinon je n’ai pu récolter mes premières tomates (cerises) que le 18 août, ça me paraît tard, qu’en pensez-vous ? Tout en sachant que fin juin, les plants n’étaient pas très développés, certainement à cause des températures basses (j’avais planté le 4 mai, ça fait quand même 3 mois 1/2). Pendant toute ma période de présence en aout j’ai utilisé alternativement du purin d’ortie et de consoude, mais ma terre n’a pas l’air très riche et a certainement besoin d’être enrichie.
    Je n’ai pas beaucoup arrosé (1 fois par semaine uniquement), les plants n’ont pas donnée de signe de fatigue.
     
    merci de tes conseils.
    Jérémie

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Jérémie,

    Félicitations pour tes résultats.

    De mon côté je vais faire le point sur ma récolte de tomates dans 2 articles que je vais essayer de poster demain et après demain (si j’arrive à finir la rédaction).

    Pour avoir des tomates plus tôt il faut mettre, aussi,  des variétés hatives.

    Comme toi je pense que le problème le plus sérieux de la culture des tomates ce sont les vacances.

    Pour enrichir la terre il faut utiliser du compost et/ou des feuilles de consoude.

    Bon jardinage et bonne dégustation,

    Jenny

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



ece6fa68ec41d2fb3fd59a7a930a3306^^^^^^^^^^^^^^^^^^
Lire les articles précédents :
Mes critères de choix des variétés de tomates

Je vous ai présenté récemment mon choix de variétés de tomates pour 2013. Le nombre de variétés de tomates existant...

Fermer