Jardinovore un style de vie tendance


Téléchargez gratuitement mon livre blanc : devenez Jardinovore

7 mai 2013 |   Auteur: Jenny Gloster 

Marre de la malbouffe, marre des arnaques agroalimentaires, devenez jardinovore !

Ces derniers temps les scandales alimentaires se multiplient. L’exemple des lasagnes au cheval est un exemple frappant. Le fait que ces lasagnes Findus contiennent de la viande de cheval n’est pas en soi un problème. Le problème c’est que le consommateur est totalement négligé, trompé, « baladé » par ces grands groupes de l’agroalimentaire et par la grande distribution. Le consommateur veut savoir mais la traçabilité n’existe pas pour les produits transformés. Vous ne pouvez pas connaître l’origine des produits que vous consommez. Ces produits transformés contiennent souvent de multiples additifs : colorants, conservateurs, édulcorants, émulsifiants, arômes artificiels, … Ces produits transformés ont de plus, presque toujours, été élaborés avec des matières premières produites ou élevées à l’aide de nombreux produits chimiques : pesticides, médicaments vétérinaires, activateurs de croissance …. Alors que faire ?




 

Cultivez votre jardin, devenez jardinovore !

Un jardinovore kesako ? C’est une personne ou une famille ou un groupe de personnes qui décident de produire eux-mêmes une partie de leur nourriture. En devenant producteur ils savent exactement ce qu’ils mangent. Plus besoin de traçabilité, vous savez ce que vous mangez puisque vous l’avez-vous-mêmes produit.

Jardinovore est-ce réservé à certains ?

Tout le monde peut devenir un jardinovore « partiel ». Si vous habitez en appartement vous pouvez cultiver sur votre balcon (ou le rebord de votre fenêtre) des herbes aromatiques ou des tomates cerise par exemple. Si vous avez un grand jardin vous pouvez produire une grande partie de vos besoins alimentaires (et aussi une partie des produits santé, les plantes médicinales peuvent vous aider à mieux vivre)

Devenir jardinovore est-ce compliqué ?

Le jardinage demande des connaissances qu’il est très facile d’acquérir en lisant des livres, en surfant sur le net et surtout en échangeant avec vos voisins. La « cuisine en direct du jardin » est un peu plus difficile et plus chronophage que d’ouvrir une boite de conserve ou de sortir un sachet du congélateur. Il existe des techniques pour cuisiner plus vite et plus facilement et quel plaisir de manger vos propres légumes et quel goût !

Devenir jardinovore c’est protéger l’environnement.

Pour ma part je n’envisage pas de cultiver fruits et légumes en utilisant des pesticides. Vous respectez votre terre et par voie de conséquence, vous mangerez plus naturel. Un jardinivore achète moins d’aliments et diminue en conséquence son empreinte carbone : Pas du tout de transport pour les légumes en provenance du jardin (et pas de l’autre bout de la planète) et nettement moins d’emballages jetés à la poubelle. Aujourd’hui, pour de nombreux produits que nous achetons le coût de l’emballage (du contenant) est plus élevé que le coût du produit lui-même (le contenu)

Devenir jardinovore c’est retrouver le goût des bonnes choses.

Ces dernières années la sélection végétale a été orientée par la demande de la grande distribution et non par le souhait des consommateurs et c’est normal (ou au moins logique) ! En effet il faut créer des variétés résistantes aux chocs et aux multiples manipulations. Ce phénomène a surtout été visible dans le cas de la tomate : les variétés de tomates dites « long life » se sont généralisées au détriment des qualités organoleptiques. En cultivant vos légumes et vos fruits vous choisirez des variétés qui ont du goût et ce goût ne sera pas gâché ni par les transports, ni par les chocs, ni par la transformation.

Devenir jardinovore c’est manger des produits frais.

L’énorme avantage de cultiver les fruits et légumes soit même est la fraîcheur incomparable des produits consommés. C ‘est bien connu qu’une fois cueillis les fruits et légumes perdent progressivement les vitamines. L’intérêt est de consommer et/ou cuisiner immédiatement après la cueillette. Si vous décidez de faire des conserves ou de surgeler une partie de vos fruits et légumes, vous ferez ces opérations immédiatement après la cueillette, conservant ainsi toutes les qualités organoleptiques.

Devenir jardinovore c’est faire des économies.

Je n’utilise que très peu de matériel pas d’engins motorisés, je fais mes propres graines …. Mon potager est un potager anti-crise !

Devenir jardinovore c’est bon pour la santé et pour le moral.

Vous allez diminuer et même évacuer votre stress, vous jardinez en plein air, vous faites une activité physique indispensable…

Ce message vous intéresse, téléchargez mon livre blanc jardinovore, c’est gratuit

[livre_blanc]




 

 



37 Commentaires

  • Yannick dit

    Bonjour Jenny et bravo pour ce livre blanc qui au premier coup d’oeil semble vraiment très agréable :) Je vais de ce pas me lancer dans sa lecture.
    A bientôt
    Yannick

  • Jenny Gloster dit

    Merci Yannick, 

    Tu dégaines toujours très vite!

    Bonne lecture

    Jenny

  • Christian- conseils jardin dit

    Bonjour Jenny,
     
    et merci pour ce livre que je vais m’enpresser de lire. C’est une très bonne idée de lecture pour ce grand, très grand week end qui s’annonce.
     
    à bientôt
     
    Christian

  • Quiadom dit

    Etre jardinovore c’est aussi un héritage, mais de moins en moins courant hélas.

  • corinne dit

    Bonjour,
    Nous venons de relayer votre livre sur la page facebook de notre magazine BIOMOOD.https://www.facebook.com/pages/BIOMOOD/476540042379815?ref=hlBravo !
    :-)
     

  • Bruno dit

    Bonjour et merci pour ce concept jardinovore à partager et à consommer sans modération, pour une fois !
    Bruno, défenseur des insectes et des bestioles au jardin.

  • Andréane dit

    Bonjour et merci pour ce beau livre blanc !! Cela donne envie…. La terre acide du jardin envahi par les résineux tue toues les plantations…. Mais je vais me lancer dans les carrés pour apprécier salades et tomates !!
    Merci Biomood pour le lien !Beau we à rallonge….

  • Jenny Gloster dit

    @Christian, j’espère que la lecture de mon livre blanc t’a intéressé.

    @quiadom, c’est vrai que l’on est, en générl, jardinovore de père en fils ou pour mon cas de mère en fille. Je cultive, par exemple, la variété de rhubarbe de la grand-mère de mon mari. Je ne connais pas le nom de la variété mais elle est géniale car très, très précoce.

    @Corinne, merci pour avoir relayé mon livre blanc. J’ai de nombreux visiteurs (nouveaux) provenant de chez-vous.

    @Bruno, merci, je souhaite effectivement que mon livre blanc « jardinovore » soit consommé sans modération.

    @Andréane, moi aussi j’ai galéré au départ avec une terre acide. J’en suis venue à bout aujourd’hui en apportant le maximum de produits calcaires comme les coquilles d’oeufs par exemple.

    Jenny

  • Gregory dit

    Merci pour ton livre, mais… quand je clique sur le bouton vert « Télécharger gratuit » il ne se passe rien. C’est quand même positif toutes ces affaires car on parle de plus en plus de ce qu’on mange. Notamment de l’importance du bio face aux pesticides !

  • Jenny Gloster dit

    @Gregory,

    Merci de réessayer, je viens de vérifier, chez moi cela marche très bien

    Jenn

  • Gregory dit

    @Jenny Gloster, Ok je viens de réessayer et pas de problème, la popup apparait bien. Merci

  • émilie lory-foret dit

    bravo, belle initiative, pour ma part je suis un mixte de jardinovore d’été et de locavore toute l’année. De plus, étant irritée par notre façon de consommer actuelle, je me désengage de plus en plus de notre société de consommation : braderie, vide-grenier, petites annonces deviennent ma nouvelle façon de consommer, j’y trouve un équilibre financier mais également relationnel, avec de belles rencontres. J’admire votre livre blanc, j’espère bientôt lire vos conseils et votre façon de devenir jardinovore, après avoir été convaincue du pourquoi !

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour émilie et bravo pour ces orientations. Quand on a assez de surface, c’est très agréable de récolter aussi des légumes en hiver. Ce n’est pas encore très répandu, on n’y pense pas toujours, mais c’est très gratifiant. Il y a aussi des plantes utiles pour l’hiver encore trop peu connues en France comme la salade green in the snow
    Bon jardinage et bonnes braderies
    Jenny

  • Sandrine dit

    Bonjour Jenny,
    je viens de finir votre livre blanc, j’ai adoré (ravie qu’il soit gratuit, c’est tellement rare de nos jours). Je suis une piètre jardinière du niveau 2 depuis 3 ans, mais je me laisse vite décourager, surtout quand les précipitations invitent les limaces à dévorer les jeunes pousses (habitante au nord-est). Chaque printemps me redonne envie, donc c’est reparti pour cette année et ce livre m´a boosté. 
    Encore félicitation et longue vie au blog et surtout au jardin.
    Sandrine

  • Jenny Gloster dit

    Merci beaucoup Sandrine pour ce gentil commentaire.
    Je pense vraiment que le style de vie jardinovore va se développer progressivement.
    Le printemps est, bien sûr, une période très « motivante » au jardin.
    Il ne faut pas se décourager, nous sommes plus fortes que les limaces!!
    Bon jardinage
    Jenny

  • Armelle dit

    Bonjour,
    Je découvre ce blog et ce livre blanc que je prendrai le temps de lire et relire !
    C’est exactement ma conception du jardin, de la cuisine…
    BRAVO !!! et merci

  • melle dit

    convaincue dès les premières lignes, merci pour toutes ces explications simples et évidentes que l’on a oubliées avec cette maudite  société de consommation! à nous le plaisir de mettre les mains dans la terre.. de retrouver le gout des « vrais fruits et lègumes » de notre enfance… et le temps de savourer une cuisine simple, saine et de saison.

  • Jenny Gloster dit

    @Armelle et Melle,

    Merci pour vos commentaires très « positifs »

    Jenny

  • Raymond dit

    Bonjour
     
    Je vous félicite pour ce très beau livre. Depuis quelques temps je jardinne un peu. J’essaye de respecter les saisons et manger plus sainement. Une chose que je n’arrive pas c’est cultiver en  pot voir même au jardin : des aromatiques. Peut-être pourrai vous m’aider et pour bien d’autres choses.
    Merci et bonne continuation.
    Amitiés.
    Raymond

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Raymond, Pour ma part je cultive toute une variété de plantes aromatiques qui sont importantes pour la biodiversité. Certaines plantes sont plus difficiles que d’autres à cultiver. Le persil, la ciboulette et le basilic grec par exemple sont très faciles à réussir (à la fois en pot et en pleine terre)

    il faut réessayer.

    Je pense à l’avenir rédiger un article sur la multiplication et la culture de chaque plante aromatique

    Bon courage,

    Jenny

  • metallier dit

    Merci pour cet article et votre blog. J’espère devenir un jardinovore averti.

  • NANCY dit

    Bonjour Jenny
    Je vais m’empresser de lire cet ebook merci beaucoup!
    je viens de voir votre blog en faisant un com sur celui de Yannick
    alors a très bientôt
    Amitiés potagère Nancy
     

  • Jenny Gloster dit

    @metailler et Nancy, merci pour vos commentaires. Désolée d’avoir répondu si tard

    Jenny

  • Samia dit

    Je viens de découvrir le livre bmanc grâce à ton dernier article. Bon j’avoue que je n’aime pas biner mais je fais quand même l’effort parfois, je vais donc le lire avec plaisir ! Bonne journée :-)

  • Jenny Gloster dit

    @Samia, moi non plus je n’aime pas biner. Je suis plutôt cool avec les mauvaises herbes (j’en consomme d’ailleurs) et j’utilise des techniques spécifiques comme le paillage.

    Jenny

  • christine dit

    bonsoir
    j’aurais aimer telecharger votre livre mais le lien ne fonctionne pas
    pouvez vous me l’envoyer par email
    merci

  • Jenny Gloster dit

    @Christine, le téléchargement fonctionne actuellement, désolée, 

    Jenny

  • christine dit

    merci
    ca ma marche

  • Mariana dit

    Bonjour, Jenny. J’apprecie beaucoup ton blog, je  le trouve extraordinaire et il m’est tres utile avec les explications tres detaillees et tres claires. J’ai essaye plusieurs fois telecharger le livre sur e-mail, malheureusement ca n’a pas marche. Comment pourrais-je l’avoir, s’il te plait? Merci d’avance.
    Cordialement,
    Mariana

  • mariejoclaude dit

    à défaut d’etre jardinovore , on peut etre locavore !  ce qui est réconfortant  c’est de voir de plus en plus de jeunes se métrent au jardinage ,, merci  Jenny pour cet article bien complet

  • Jenny Gloster dit

    @Mariana, ce jour le téléchargement marche avec le bouton téléchargement de fin d’article. Nous allons essayer de régler les problèmes (pour l’autre bouton), désolée.
    @ Marie jo claude – je suis d’accord avec toi – heureusement on voit de plus en plus d’écoles qui créent leurs propres jardins.
    Jenny

  • Didier dit

    Bonjour,

    Réflexions sur le « pourquoi devenir jardinovore » très intéressantes et non-dogmatiques.

    Ancien « jardinier de loisir « très classique » [le roi de la bêche !], je suis devenu « jardinier fainéant » suite à un infarctus. J’expérimente une façon de jardiner qui optimise le résultat pour un « effort négligeable ». Je retrouve beaucoup d’éléments dans ce que je viens de lire.

  • gisele dit

    Merci Jenny pour le livre blanc et devenez jardinivore, je n’ai pas encore lu à fond le jardinivorage, mais que de conseils et astuces. à mes moments perdus je me plange dans ces 2 livres que j’ai installé sur mon kindle E book,
    encore un grand merci pour ce blog où tout est gratuit.

  • gisele dit

    Jenny, où trouver les graines spéciales, salades d’hiver snow et variétés de légumes d’hiver ?je n’arrive même plus à trouver des haricots à rames, il n’y a plus que des haricots nains .
    j’ai repris gout au jardinage grâce à vos conseils et astuces. ENCORE MERCI JENNY

  • PORROT Erwann dit

    Bonjour Jenny,

    J’ai lu le livre blanc sur les jardinovores avec enthousiasme. Je me suis reconnu dans ce livre blanc dans sa philosophie, même si je n’ai pas un grand jardin. J’attend la suite avec impatience.

    Merci beaucoup

  • leon berwart dit

    merci pour ce livre,je vais le lire avec plaisir

  • leon berwart dit

    ce blog est une aubaine pour les amoureux du jardin et de la nature

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



57004b02a55afe2c29b217c5bf6eb5c1iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Lire les articles précédents :
La consoude bocking 4

Je cultive depuis des années (bientôt 20 ans) de la consoude bocking 14 dans mon jardin. J’utilise cette consoude de...

Fermer