mes cultures de fraises


Mes cultures de fraises.

8 juin 2012 |   Auteur: Jenny Gloster 

Comme nous aimons beaucoup les fraises je réserve une surface assez importante de mon jardin aux fraisiers (presque 50 mètres carrés)

Nous mangeons les fraises fraiches, nous en faisons des gâteaux, je fabrique beaucoup de confitures, comme pour la rhubarbe et le sureau je fais aussi du sirop de fraise et par ailleurs je fabrique du coulis de fraise que je congèle et que nous dégustons toute l’année.

 

Plantation des fraisiers :

récolte de fraises
Belle récolte de fraise en perspective

Je plante en général 4 rangs de fraisiers en même temps. 2 rangs sont distants d’environ 30 à 40 centimètres l’un de l’autre puis j’ai un emplacement d’environ 1,2 mètre dans lequel je fais d’autres cultures et de nouveau 2 rangs de fraisiers.

Je prépare les futurs plants de fraisiers dans des godets en juillet-août et je plante ces fraisiers soit immédiatement (assez rare) soit en tout début du printemps dans une terre meuble, assez riche. Je fertilise la terre avec un peu de fumier décomposé (ou du compost) des feuilles de consoude hachées et de l’engrais bio de B-actif : l’alfalfa+ qui contient en particulier de la luzerne (alfalfa) et des algues en plus de la consoude.

Je paille ensuite  les fraisiers avec du bois broyé. J’utilise un mélange de bois de chêne et de bois de résineux. En effet la fraise aime bien les terres acides et le bois de résineux apporte l’acidité nécessaire. Compte tenu des apports de feuille de consoude et d’alfalfa+ je n’ai pas de problèmes d’appel d’azote lié au BRF



 

Mes variétés de fraise préférées :

Je plante 2 variétés et uniquement 2 variétés que j’ai choisies depuis plusieurs années :

 

La fraise Mara des Bois :

compagnonnage fraises poireaux
mes plants de fraises et poireaux début mai

Cette variété est d’une part très productive, elle est très bonne au goût (elle rappelle un peu la fraise des bois) et je trouve qu’elle se tient très bien en confiture (il reste des morceaux agréables au palais). C’est une variété remontante qui me permet d’avoir des fraises de début juin jusqu’en octobre.

 

La gariguette :

La fraise gariguette est bien connue, précoce, très agréable au goût, non remontante.

 

En règle générale nous mangeons surtout la gariguette nature et je fais la confiture avec la fraise Mara des bois.

 

Compagnonnage fraisier, poireau :

J’associe toujours les fraisiers avec une culture de poireaux. Ma méthode de plantation me permet de planter des poireaux mais aussi des salades entre les rangs de fraisiers. Comme le présente le livre intitulé « Le poireau préfère les fraises » le poireau peut servir de fongicide naturel pour le fraisier



 

 



14 Commentaires

  • Emilie dit

    Plutôt impressionnant d’avoir 50m2 de jardin pour ses fraises !

    Je faisais pousser beaucoup de fraises à une époque, mais à force j’ai eu envie de changer un peu, je n’ai ps un grand potager, et je ne peux pas faire pousser beaucoup de légumes/fruits différents. Du coup d’une année sur l’autre je ne fais jamais pousser la même chose, j’aime bien changer.

    Bonne continuation !

  • Jenny dit

    Bonjour Emilie,
    C’est vrai, j’ai un grand jardin et j’aime beaucoup les fraises (et tout ce que l’on peut en faire: confiture, tartes, sirop, coulis, sorbet …)
    Changer c’est agréable!
    De mon coté, sans jamais avoir compté, je pense que j’ai plus de 1000 espèces ou variétés différentes dans mon jardin (y compris les herbes dites « mauvaises »).
    Cette biodiversité est, à mon avis, capitale quand on n’utilise pas de produits chimiques.
    Bon jardinage,
    Jenny

  • Lily dit

    Bonjour,
    Waouh bravo, c’est une plantation importante que vous avez là !! Je commence à me mettre à la plantation de fruits et légumes, j’ai acheté des fraises et de la menthe sur ce site: http://www.listeverte.com. J’espère arriver aussi au fur et à mesure, à augmenter avec succès le nombre de mes plantations.
    Bonne journée

  • Lilwen dit

    Bonjour Jenny
    Bravo pour ce magnifique potager
    Notre potager se situe en bretagne aussi mais en côtes d’armor près de perros-guirec, les fraises en quantité se font encore attendre (une centaine de plants) , idem pour les (30 m linéaire), d’autant que les oiseaux se servent avant nous, une solution peut-être ? Merci
    pour info, ça y est c’était à prévoir vu le temps ici on a un premier foyer de mildiou sur pomme de terre.

  • Jenny dit

    Bonjour Lilwen,
    Je n’ai pas de véritable solution pour les oiseaux.
    En fait, dans mon jardin, je cultive toujours un peu plus que mes besoins. De ce fait si les oiseaux prélèvent moins de 10% de la récolte je ne m’en offusque pas outre mesure. Au delà de ce seuil, cela me déplaît et je cherche des solutions.
    Dans le cas présent, mon chat, même s’il n’est pas agressif vis à vis des oiseaux, limite quand même leur présence.
    Bon jardinage
    Jenny

  • francis dit

    dans le jardin le parc de fraises est toujours celui qui est le plus visité, quand mes petits enfants passent à la maison il faut faire vite pour en cueillir quelques une merci de se partage

  • Gilles BERNARD dit

    Ta manière de conduire les cultures des fraisiers n’est pas très éloignée de la méthode de culture en rangs natés que je pratique (matted row system, une technique très utilisée en Amérque du nord).
    Sur une butte un peu plus haute que les tiennes pour faire 5 rangées au lieu de 4 (80cm de haut c’est bien), tu plantes la 1ere année une seule rangée de fraisiers en haut de butte, et d’autres légumes sur les flancs.
    En courant d’été, les stolons courrent sur les flancs et à l’automne, tu éclaircis en conservant des plants tous les 40 cm sur 2 lignes par flanc, ce qui te fait en tout 5 lignes. Tu procèdes alors au sevrage en coupant les stolons qui unissent encore les plants à leur mère.
    Le résultat est le même qu’avec ta technique : avec 20 plants sur une butte de 10m tu obtient 100 plants qui produiront à n+1, mais ici pas la peine d’utiliser des godets.
    Il faut le faire avec des fraisiers non remontants (production plus concentrée dans le temps) car ce sont les fraisiers qui drageonnet le plus et qui t’apportent la garantie d’avoir suffisamment de stolons pour pouvoir choisir les plants bien placés. Dans l’idéal, on essaye de respecter le quinconce entre les 2 rangs pairs et les 3 rangs impairs.
    Par la suite, tu renouvelles 1 ou 2 rangées tous les ans sur le même principe, et tu peux conduire ainsi ta butte sur une douzaine d’année. Je n’ai encore que 3 ans de recul, mais à priori ça marche super. 
    J’utilse aussi un paillis de bois, mais je n’ai pas ou peu de résineux. Je suis obligé de couvrir d’un filet contre les oiseaux, et il me faut donc des arceaux PVC de 3 mètres.

  • Jenny Gloster dit

    Merci Gilles pour la présentation de cette méthode très intéressante. J’ai une question; comment fais tu tes buttes de 80 centimètres de haut? Je suppose que tu es obligé de creuser au delà de la couche arable. Dans ce cas que fais tu de ces matériaux? Et creuser à cette profondeur impose, je pense, d’utiliser des planches au bord des buttes. Pour ma part je ne veux pas en utiliser: je suis « économe au potager » et je ne souhaite pas utiliser du bois traité.

    Merci d’avance pour les informations sur ta culture en buttes.

    Jenny

  • Gilles BERNARD dit

    Pour construire mes buttes je tends 2 ficelles à 1,40m pour délimiter la butte, je prélève 2 largeurs de bêche de terre d’un côté et 3 de l’autre que je balance entre les fils sans même défaire les mottes (je fais ça en hiver dans une terre très lourde). Je m’arrange pour que la couverture d’herbe de la motte soit tournée vers le milieu du tas.
    Au fur et à mesure que les mottes s’entassent, je complète avec du compost issus de la plateforme de compostage de déchets verts intercommunale dans les proportions 1/3 de compost pour 2/3 de terre.
    Ce produit est gratuit chez nous, et de toute façon jamais vendu très cher ailleurs. Iil est annoncé compatible agriculture bio mais refusé par certains cahiers des charges bio, donc un peu border line. Je m’en accomode car je réserve mon compost maison à d’aujtres utilisations.
    Je complète également avec un peu de sable coquiller. Quand la butte est montée, je ccorrige le profil à la houe, notamment au niveau du coup de bèche pour avoir une pente régulière.
    Pour la couverture de la butte avec le paillis, certains BRF ont tendance à glisser sur les côtés : il vaut mieux un broyat un peu grossier ou ligneux.
    Dans les allées, je ne mets rien, il y a toujours un peu de BRF qui tombe. Il faudrait que j’essaye ta technique avec un fil géotextile, car je suis quand même obligé de sarcler les allées en fin d’été. 

  • Pascal dit

    Bonjour,
    Je vais pour la première fois cultiver des fraisiers cette saison, miam miam <3 faire de la confiture avec des fraises du jardin. je ne peux pas rêver mieu ;) 
    Merci pour cet article Jenny 

  • Nadji dit

    Quand je vois tout ça, je regrette tellement de ne pas avoir de jardin.
    Bravo!!!
    A bientôt

  • fabienne dit

    Bonjour,
    De lire autant de chose sur des fraisiers me fait rêver. J’en achète et plante tous les ans, il n’y a que cette année que j’ai pu en garder. Je les ais planté dans des caisses en polystyrène avec du terreau . Auriez-vous une autre idée car mes bacs en polystyrène ne sont absolument pas beau?

  • amanda dit

    Bonjour,
    je devore vos articles et prend beaucoup de plaisir, je lis beaucoup de livre de jardinage mais votre experience est bien plus enrichissante. Merci de nous les faire partager .
    J’essais sur une petite surface les fraisiers une 50ene, mais la biodiversité me joue des tours, je n’arrive pas a avoir plein de fraises.
    J’ai apporté en 4 ans : composte, epines de pin composté, purin ortie et consoude, composte de feuille, paillage
    En 2013 se sont les mulots qui ont pris la moitier de la recolte, j’ai investi dans un piege, depuis 3 ans on en a attrapé une 12ene, avec les enfants on les relaches dans les parcs.
    En 2014 se sont les fourmis avec pucerons noir aux colets qui ont empeché une recolte, j’ai aspergé de savon noir , mis des pieds de thym et de sarriette sensé repousser les fourmis, ca ne fonctionne qu’a moitier, elles sont toujours la, que faire?
    Cette année j’esperge regulierement les pieds pour chasser les pucerons et fourmis, jj’ai mis de l’ail et des poireaux entre les fraisiers , ail et poireaux ne donnent pas grand chose, mais je ne desespere pas, la recolte de fraises a été meilleur.
    On a eu une 20ene de petites barquettes, j’espere bien en avoir plus l’an prochain.
    Ils sont plantés en espalier sous un figuier, peut etre un peu trop proche.
    Si vous avez des conseils, je suis preneuse.
    Amanda

  • Marie dit

    Bonjour,
    c’est vraiment merveilleux de pouvoir récolter tant de fraises dans son jardin ! Quelle chance.
    Moi j’ai quelques plants qui fleurissent très bien et donnent quelques fruits malheureusement grignotés par les escargots…. je n’aime pas les tuer ces petites bêtes et j’essaie de les « cueillir » pour les limiter, mais c’est pas gagné ils se multiplient vite…
    Vous parlez de feuilles de consoude…. j’aimerais en avoir chez moi où en en trouve pas. Seriez vous d’accord de m’envoyer 2 ou 3 petites graines ?
    Je vous remercie et vous souhaite une très belle continuation.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



8920adfec4e1f015c0993defb81520a0w
Lire les articles précédents :
Recette du velouté de cosses de fèves.

Utiliser les cosses de fèves : Le 12 avril j’ai posté sur le blog un article consacré à la  Culture...

Fermer