Un potager, est-ce rentable?


Un potager est-ce rentable ?

21 décembre 2012 |   Auteur: Jenny Gloster 

La rentabilité, c’est à dire la diminution des dépenses d’alimentation n’est qu’une des motivations des jardiniers, mais elle est intéressante.

Le potager est-il rentable ? Le potager nous aide-t-il à passer la crise ?

outils indispensables dans le potager
On peut démarrer un potager économique avec uniquement 5 outils.

Je vais vous présenter une série de 4 articles sur ce sujet. Pour moi un potager peut être rentable mais pas quelles que soient les conditions. Ceci étant dit, vous n’êtes pas obligés de jardiner pour des raisons financières. De nombreuses personnes jardinent pour le plaisir, pour la santé, pour la convivialité, pour le plein air….

Il est vrai néanmoins que les fruits et légumes sont de plus en plus chers et que les ménages font attention aux dépenses.

Pour que votre jardin soit « utile économiquement » il faut se préoccuper de certains points :




 

 

D’abord certaines cultures sont plus économiques que d’autres :

Ainsi seulement quelques pieds de courgettes peuvent produire la totalité des besoins de l’année. L’intérêt économique des cultures dépend du rendement, du prix des fruits ou légumes et des coûts de production. La rentabilité dépend aussi de la fréquence des achats. Ainsi vous gagnerez à avoir en permanence des salades fraîches des radis et surtout des herbes aromatiques. Les herbes aromatiques comme le persil et la ciboulette s’utilisent tous les jours. Le prix d’une botte de persil n’est pas élevé mais multiplié par 52 achats (une fois par semaine) cela fait finalement un budget significatif en fin d’année. Je suis horrifiée par le prix des salades en sachet. D’abord elles ne sont pas bonnes, pas fraîches et au final vous achetez surtout des « trognons » plutôt que des feuilles de salades. Quel plaisir de cueillir une salade fraîche puis de la déguster et pour moi c’est vraiment très rentable si vous en consommez tous les jours.

 

 

Un premier poste de dépense à surveiller : les investissements.

Je suis de ceux qui pensent que l’on peut démarrer un potager avec presque rien : une binette, une fourche bêche, une bêche et une « truelle » peuvent suffire pour démarrer.

Pas besoin, bien sûr, d’acheter de matériel motorisé comme un motoculteur par exemple. Un motoculteur coûte très cher à l’achat, il consomme beaucoup d’essence (de l’énergie fossile : pas très écolo !), des pièces de rechange, mais surtout, mal utilisé, cet outil peut vite devenir catastrophique. Ce n’est pas l’objet de l’article mais l’utilisation d’outils rotatifs favorise énormément la multiplication des mauvaises herbes.

Ceci étant dit beaucoup de jardiniers font un jardin pour le plaisir ; si vous aimez travailler au motoculteur pourquoi pas. Vous vous amuserez mais si votre potager est petit, vous économiserez moins.

Vous serez sans doute amenés à acheter quelques petits matériels et « consommables » supplémentaires. Ainsi je considère que l’achat de petites bâches ou de mini tunnel de forçage est utile pour avoir un démarrage au début du printemps.

Un composteur est « obligatoire » mais vous pouvez vous dispenser de son achat en le fabricant vous-mêmes ! En général les communautés de communes en mettent aussi, à un prix modique, à destination des habitants.

Pour vous protéger de certains insectes et en particulier des altises vous devrez aussi vous munir de voile de protection.

Pour ma part je considère que l’installation d’une petite serre est quasi-obligatoire en Bretagne pour réussir certains légumes et en particulier pour la culture des tomates. Sans serre, certaines années, vos tomates seront couvertes de mildiou !

Actuellement il est possible de trouver de petites serres pour une petite somme.

 

Il faut aussi envisager l’achat de matériel d’occasion :

Pour ma part j’utilise 2 serres que j’ai achetées d’occasion. Les bâches je les achète aussi d’occasion à un pépiniériste. Celui-ci doit changer de bâches tous les 4 ans à la demande de son assureur. Pour moi ces bâches de 4 ans sont encore très valables.

L’achat d’occasion ou la « récup » ne se limite pas à la serre. On peut par exemple récupérer des godets chez des amis qui font beaucoup appel aux jardineries. On trouve aussi des outils d’occasion, parfois peu ou pas utilisés» dans des vides greniers.

 

L’achat de fumier : un investissement rentable :

Si vous n’avez pas d’animaux et si votre production de compost est trop peu importante vous serez sans doute amenés à acheter un peu de fumier. Choisissez le bien décomposé, si son prix est « normal » cet investissement sera rentable !

 

Voilà le premier article de la série sur la rentabilité du potager, le prochain article parlera surtout des économies à faire en réalisant ses propres graines, ses propres plants et en développant bouturage, marcottage …




 

 

 



5 Commentaires

  • Isa d'Ecolo-bio-nature dit

    Bonjour,
     
    Oui un potager c’est rentable. On peut petit à petit se rapprocher de l’autonomie alimentaire en créant son jardin nourricier! 
    Je suis d’accord, on peut commencer avec quelques outils achetés en vide-greniers ou donné par des personnes agées (j’en parle d’ailleurs dans mon livre).
    Pour le motoculteur ou la motobineuse, pas besoin, en plus cela perturbe énormément la vie du sol. Le mien il y a longtemps qu’il dort au fond du garage. Il vaut mieux utiliser une grelinette et si la terre n’est pas terrible, il y a de nombreuses méthodes (comme les lasagnes) pour la cultiver sans la retourner.
    Amicalement,
    Isa d’Ecolo-bio-nature

  • Daniel dit

    Bonsoir
    J’ai decouvert la grelinette, il y a 2 ans, je ne pourrais plus m’en passer.
    Un jardin demande un investissement au départ mais ce n’est pas excessif, si on veut parcontre lui donner belle allure qu’il est du cachet c’est un peu plus cher mais comme cela s’étale sur plusieurs années…

  • Andrée dit

    Oui c’est rentable aux prix exhorbitants des fruits et légumes et qui pourissent sitôt achetés dans le commerce. Le jardin permet de bien gérer nos assiettes sans perdre quoi que ce soit. La dépense pour le fumier est vite amortie par la production qui serait bien pauvre sans cela. Le plus rentable pour nous dans les Vosges : les pommes de terre de qualité pour toute la famille dont nos enfants et petits enfants (ma belle fille est végétarienne), les haricots mis en conserves et au congélateur, les carottes et les courges qui nourissent tout le monde en hiver. Le jardin est rentable pour qui sait valoriser et mettre en conserve (congélation, stérilisation, deshydratation) le surplus qui nous amène doucement jusqu’au printemps suivant. Chez nous c’est pratiquement l’autonomie sur toute l’année (avec l’aide d’une petite serre pour avancer les cultures ou pour les garder plus longtemps en automne. Malgré un climat parfois ingrat dans les Vosges, c’est rentable et c’est si bon !

  • Jenny Gloster dit

    @Andrée, merci pour cet excellent commentaire, félicitations!
    Peut-être pourriez-vous nous en dire un peu plus sur la déshydratation : quelle technique, quel matériel, pour quels fruits et légumes?
    Merci d’avance
    Jenny

  • anaisanais dit

    Bonjour,

    Quel est le montant estimé pour un jardin privé ? collectif ?

    Merci

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



3d1541c76d553ac007eac5295b428d185555555555555555555555
Lire les articles précédents :
Mettez de la couleur dans votre assiette avec une tourte aux blettes

Je cultive régulièrement des blettes ou poirées. Cette plante de la famille des chénopodes est intéressante à la fin de l’automne...

Fermer