Fabrication d'une pommade à la consoude pour soigner les bobos


Fabrication d’une pommade de feuilles de consoude.

5 septembre 2012 |   Auteur: Jenny Gloster 
pommade à la consoude
La pommade faite avec des feuilles de consoude soigne entorses, ecchymoses, douleurs musculaires mais aussi l’eczéma ou le psoriasis

Comme vous le savez je suis une adepte de la consoude.

On parle souvent des avantages de la consoude comme engrais dans le jardin et en cuisine.  Mais son utilité ne s’arrête pas là.  L’allantoïne contenue dans ces feuilles  a un effet réparateur étonnant.

Si vous voulez des renseignements sur la consoude ou si vous voulez acheter des boutures de consoude  je vous invite à parcourir le site de B-actif

La pommade de consoude pour soigner les bobos :

Dans une famille nous sommes souvent confrontés à de petits bobos (entorses, ecchymoses, douleurs musculaires ….) ou à des problèmes plus gênants comme l’eczéma ou le psoriasis par exemple. Pour régler ces petits problèmes j’utilise régulièrement une pommade réalisée avec des feuilles de consoude  séchées. J’ai maintenant une assez longue expérience de cette fabrication ; ça marche. Faites en l’expérience, vous m’en direz des nouvelles !

Je viens de fabriquer une nouvelle fois de la pommade de feuilles de consoude  avec de la vaseline et je vous présente donc ma méthode.  Comme exposé ci-dessus je vais l’utiliser pour les entorses, eczéma, ecchymose, psoriasis, brulures, douleurs musculaires, muscles froissés  etc…



 

Ingrédients de la recette pour la pommade de feuilles de consoude:


20g de feuilles de consoude séchées
150g de vaseline

Méthode de fabrication de la pommade de feuilles de consoude

Faire fondre la vaseline dans au bain-marie et ajouter les feuilles séchées.
Chauffer le mélange à feu doux tout en remuant régulièrement avec une cuillère pendant une heure.
Mettre le mélange dans un tamis fin et avec l’aide d’une grande cuillère, appuyer pour extraire le « jus ».
Verser ensuite le mélange dans un bocal propre.  Attention c’est chaud!

Conservation de la pommade de feuille de consoude :

Je conserve la pommade au frigo pendant 3 mois. Il est possible que cette pommade se conserve au congélateur mais je ne l’ai jamais testé. En réalité je fabrique ce type de pommade en général une fois tous les 3 mois. Comme j’utilise des feuilles séchées je me débrouille pour avoir en permanence un petit stock de feuilles séchées, je peux donc fabriquer cette pommade quand bon me semble, même si la consoude n’est pas en végétation (pendant l’hiver)

fabrication de la pommade à la consoude
Appuyez sur le mélange consoude-vaseline pour extraire le « jus

 




 

 



Retrouvez ici tous mes articles consacrés à la consoude

43 Commentaires

  • Gateau gaga dit

    Superbe, je sais pas quoi dire d’autre tellement c’est super. Merci encore pour le partage de ton beau blog et de tes super articles. Bisous bisous

  • ticha dit

    Je ne connaissais pas du tout la consoude, on la trouve en jardinerie? J’aimerais en planter dans mon jardin au printemps prochain, votre blog est super.

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Gateau-gaga et Ticha,
    La consoude est une plante extra.
    Vous pouvez trouver des boutures de consoude sur le site de B-actif http://www.b-actif.fr/achat-bouture-consoude-bocking-14.html
    Par contre je dois vous informer que Oliver mon mari est un des créateurs de ce site. Je ne suis donc pas totalement impartiale.
    Jenny

  • auroy dit

    bonjour
    sur votre doc la pâte consoude vaseline est de couleur verte
    personnelement j’ai éssayé de faire sécher les feuilles elles deviennent marron
    est ce normal  merci de votre réponse
     

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Auroy,

    La couleur verte de ma pommade de consoude est liée à ma méthode de séchage.  Je choisi toujours un beau jour d’été pour sécher les feuilles. Je récolte les feuilles en fin de matinée quand elles sont sèches au toucher.  Je coupe les feuilles en morceaux et je les étale sur un ou plusieurs grands plateaux sur du papier cuisson et je laisse en plein soleil.  Je remue les feuilles de temps en temps avec les mains pour favoriser une bonne circulation d’air et généralement elles sont bien sèches et toujours vertes le soir même. Il faut éviter un temps de séchage long qui entraine une oxydation des feuilles.

  • patrice auroy dit

    merci pour votre réponse,seconde question . j’envisage d’extraire le jus de racines et de feuilles de consoude avec une centrifugeuse,pensez ous que cela soit réalisable?

  • Jenny Gloster dit

    @Patrice, C’est réalisable, bien sûr, le problème est que vous ne saurez pas ce que vous aurez extrait et ce qui restera dans la pulpe (sauf à faire des analyses coûteuses). L’allantoïne sera t’elle extraite en partie ou en totalité par exemple?

    Jenny

  • Franck dit

    Bonjour et bravo pour vos recettes !
    Cependant le seul hic à mon avis , et il n’est pas des moindres, c’est que la vaseline est un produit extrait du pétrole! la cire de nos amies les abeilles ne serait elle pas plus « naturel »? Moins onctueuse certes, mais tellement mieux pour nous!
     

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Franck,

    Effectivement, la vaseline est un sous-produit issu de la pétrochimie.  Difficile aujourd’hui de ne pas être consommateur des milliers de produits qui nous entourent d’ailleurs! (je regarde autour de moi) : un stylo, un pot de fromage blanc, une bouteille de liquide vaisselle, le sweet que je porte….

    C’est important d’être conscient de ce qu’on consomme mais j’avoue je ne suis pas une puriste pure et dure.  Cela doit faire plus d’un siècle et demi que l’homme utilise ce produit à effet émollient pour peau sèche, crevasses etc.  La vaseline est un produit sans risque pour la santé à ce que je sache. 

    J’ai choisi de donner la recette de baume à la vaseline parce que c’est super facile à fabriquer et la vaseline est peut-être plus facile à trouver que la bonne cire d’abeilles brute. 

    C’est vrai ;  un baume à la cire d’abeilles et huiles végétales  est quand  même préférable. J’ai une excellente recette que je mettrais sur le blog lors de ma prochaine fabrication.

    Jenny

  • Bouchon dit

    Bonjour,
    Je suis étonnée de votre séchage des feuilles au soleil.
    Un séchage rapide mais à l’ombre est préférable à toutes plantes. (à part la prèle)
    Les dessicateurs solaires eux aussi se placent à l’ombre car ce n’est pas la lumière du soleil qui déssèche mais c’est sa température.
    Egalement pour la vaseline, je suis déçue de lire cette association avec une plante aussi vertueuse.
    Je fais mes baumes avec de la cire d’abeilles et des racines de consoude – bien plus riches encore en principes actifs que les feuilles.
    Les feuilles fraîches écrasées étant majoritairement utilisées en cataplasmes sur des entorses (ou en beignets en cuisine)
    On peut acheter de la cire d’abeilles dans tous les magasins bios et la différence de prix vaut largement la différence de pureté.
    En haut à gauche de cette page vous écrivez qu’aucun produit chimique n’entre dans votre jardin et que vous jardinez bio.
    A quoi sert une consoude bio si elle est associée à de la vaseline ? ….
     
    Bonne journée
     

  • Jenny Gloster dit

    @Bouchon, merci pour ce commentaire qui va me permettre de préciser ma pensée.

    J’ai écrit dans plusieurs articles que le séchage et/ou la déshydratation des produits (consoude, mais aussi légumes et surtout fruits) est un de mes objectifs 2013. Je n’ai pas encore trouvé la solution idéale rentrant dans mon budget. Début juin, je vais faire un test de séchage de consoude à  très basse température (moins de 40 degrés) chez un collègue.

    Dans l’attente d’une solution définitive : Est-ce qu’il faut sécher au soleil ou pas?  En règle générale on évite de sécher au soleil mais personnellement je trouve qu’avec la consoude la substance gélatineuse contenue dans les feuilles (le mucilage) fait que le temps de séchage est relativement long.  Le risque, si le temps de séchage est trop long, c’est que les feuilles s’oxydent et deviennent brunes, ce qui n’est pas souhaitable. Certes Les UV détruisent une partie de certaines vitamines, comme la vitamine C par exemple mais je crois que l’allantoïne (le composant guérissant) est plus résistante et protège même des UV.  Il y a sûrement de meilleures techniques (comme je le dis, je cherche)  pour sécher les feuilles de consoude mais pour l’instant je fais comme ça et je suis très contente  du résultat !

    Si vous avez des connaissances particulières  sur ce sujet ce serait intéressant de nous les présenter; c’est le grand intérêt du blog.  Vous dites que la prêle peut, elle,  être séchée au soleil, y a-t-il des raisons particulières ?

    J’ai entendu dire que les champignons séchés au soleil contiennent plus de vitamines D que les champignons qui ne le sont pas, avez-vous des informations sur le sujet ?  (Je sèche régulièrement du shiitake).
    Concernant l’utilisation de la vaseline, j’ai été un peu surprise par votre réaction.  Je me demande s’il ne s’agit pas d’une petite différence culturelle intéressante! Je considère la vaseline  comme une émulsifiant  basique et anodin.  J’utilise les produits que j’ai en stock ; de la cire d’abeille bien sûr, de l’huile d’olive et de l’huile d’amande douce (voir la recette du baume de racines de consoude) et même du saindoux qui, je  sais, n’a pas toujours bonne réputation mais qui est très efficace.

    Jenny

  • Jacqueline dit

    Bonjour,
    J’ai découvert la consoude par mon amie Germaine qui m’a donné un pot (à conf) de racines fraiches rapées dans l’huile d’olive pour faire des cataplasmes sur la vertèbre cassée de ma maman de plus de 70 ans, le résultat dont la rapidité de guérison a été impressionnant. J’ai demandé à Germaine si cette préparation était également efficace pour les ulcères en interne, ensuite de quoi j’ai soigné à plusieurs reprises (intervales de plusieurs mois) des départ d’ulcères violents en consommant une cuillière à soupe du solde de mon pot. Absolument génial ! entre 3 et 5mn pour calmer et stopper définitivement une crise, médicaments (inhibiteurs de la pompe à protons) totalement inutiles. J’ai maintenant des consoudes dans mon jardin, quelqu’un sait-il comment récolter les racines (sans détuire totalement la culture) et y’a t’il une période pour le faire ? Merci pour tous vos bons renseignements et amicales salutations.

  • Jacqueline dit

    ps j’adore votre blog, tous ces partages sont passionnants

  • Jenny Gloster dit

    @Jacqueline, 

    Merci beaucoup pour ce témoignage très intéressant.

    La récolte de racines de consoude peut se faire de plusieurs manières.

    La solution la plus facile : vous déterrez la totalité de la racine que vous consommez pour vos besoins. Vous prenez un bout de racine d’environ 10 centimètres que vous replantez et qui donnera un nouveau plant rapidement (ne pas enterrer profond)

    Deuxième solution : avec une bêche vous coupez verticalement la moitié du pied et vous laissez l’autre moitié en place.

    Ces opérations peuvent se faire n’importe quand. Pour les principes actifs il vaut mieux récupérer les racines en sève descendante (automne) pour la replantation il vaut mieux le faire en mai-juillet.

    Jenny

  • Julie dit

    pour ceux que ça intéresse j’ai plein de consoude dans mon jardin (aveyron) ainsi que d’autre plantes utile au jardin comme en médecine, alors si vous passez par la n’hésiter a venir  pour une petite visite et repartez avec vos plants.
    voici ma recette 2 c a soupe d’huile végétal (olive, sésame ou tournesol), 2 c a soupe de cire d’abeille râpé et 2 c a soupe de consoude séché, le tout au bain Marie 10 minutes a peine, filtré ou pas. et si vous voulez qu’elle se conserve longtemps ajouté de l’extrait de pépin de pamplemousse. 
    pour le séchage, les plantes médicinales, jamais a la lumière, plutôt dans un endroit frais et surtout dans le noir. la lumière engendre l’oxydation et les plantes deviennent noirs.

  • El lobo dit

    Bonjour un grand merci pour ta visite et surtout pour lien! j’apprécie quand il y a un vrai échange avec des liens interessants et comme peu conaissait la consoude c’est très sympa :)
     tu es toujours bienvenue pour rajouter des renseignements et lien :)
    a bientôt

  • verniol christian dit

    Bonjour  Ticha ,
    Je n’ai aps encore vu de consoude en jardinerie ,mais c’est une plante qui se reproduit très facilement ,qui peut aussi devenir assez envahissante . Demandez plutôt à des jardiniers des rejets ,ils vous en donneront avec plaisir !!! Cela donne aussi de belles fleurs au printemps .

    Christian

  • Jenny Gloster dit

    Merci Christian pour cette réponse. La consoude peut donner des fleurs tout l’été pour peu qu’on la coupe souvent. Avec la consoude de la variété bocking 14 (ou 4 d’ailleurs) nous préconisons de couper 1/4 chaque semaine et on a ainsi des fleurs pour les abeilles de mai à octobre.

    Pour information Lawrence D Hills le « champion » de la consoude conseille de couper souvent pour produire plus.

    Jenny

  • patrice dit

    bonjour
    j’ai déposé dans mon préssoir à cidre une brassée de feuilles de consoude booking 14 et j’ai pressé le tout avec le verin hydraulique(12 tonnes de pression) j’ai extrait en 3 pressions(c’est à dire que je relachais la pression ,je remuai mon paquet de feuilles et je recommençais) 3 litres de pur jus. pensez vous que j’ai pu extraire tous les principes actif dont l’allantoïne?
    petite précision j’avais haché finement mon paquet de feuilles
     

  • chris dit

    bonjour
     
    vous n’avez pas mis sur votre site la recette du baume à la feuille de consoude avec l’huile végétale plutot que la vaseline. Car j’aimerais le faire au plus vite mais je n’ai pas les proportions d’huile.
    merci d’avance
     
    chris

  • chichoi dit

    Comment pouvez vous être sur d’avoir la variété officinale, que rien ne distingue de celle de Russie. Car ,vous devez savoir qu’il y a des molécules toxiques pour le systéme veineux et le foie dans cette plante,surtout en usage périodique comme vous le démontré. Ceci car ,j’en ai depuis 20 ans,et je n’ai jamais pu avoir la certification ,ni à l’achat ,ni plus tard que c’était de la consoude officinale, du fait déja que lorsque l’on prononce consoude,on vous annonce grande consoude de Russie.
    Donc jusqu’a présent, je la réserve au jardin. Il existe aussi une consoude chez nous ( dans le midi) qui fleurie jaune, avec un feuillage un peut plus discret.

  • Jenny Gloster dit

    @chjchoi,

    Mon mari et moi avons une très longue expérience de la culture de la consoude. Nous en cultivons depuis des décennies (je sais, cela me « vieillit!)

    Nous cultivons surtout de la consoude bocking 14 qui est un hybride naturel issu du croisement de Symphytum Asperum et de Symphytum Officinale. Vous trouverez l’histoire sympatique de la consoude bocking 14 sur le site de la société B-actif dont mon mari est un des membres fondateurs.

    Nous pensons que la nocivité de la consoude a été exagérée, mais ça c’est une autre histoire

    Jenny


  • Caroline dit

    Bonjour,
    pour la conservation, la vitamine E est excellente. 10 gouttes dans 100ml de produit refroidit. C’est mon conseil :)

  • Jenny Gloster dit

    @Caroline – C’est vrai la vitamine E est un puissant anti oxydant, et il en faut très peu.

    Jenny

  • Gilles dit

    Bonjour,

    Vos recettes de baume et de pommade à la consoude sont effectivement séduisantes. La consoude est effectivement une plante qui a des propriétés médicinales très intéressantes pour la cicatrisation, comme vous le dites bien, mais aussi contre les brûlures graves. A usage interne, elle est aussi utilisée pour lutter contre les affections des voies respiratoires et contre les ulcères de l’estomac et du duodénum. Je vous conseille d’ailleurs, si vous ne le connaissez pas encore, l’excellent livre de Pierre Lieutaghi qui s’intitule « Le livre des bonnes herbes ».

    J’aurais une petite question à propos de votre recette pommade de consoude. Je vois que vous y utilisez de la vaseline. Or, la vaseline est un dérivé du pétrole. C’est sûrement très bien, si on ne veut pas utiliser d’ingrédients issus de la pétrochimie, avez-vous une idée pour remplacer la vaseline par un ingrédient végétal ou animal (comme la cire d’abeille) ?

    Merci.

    Gilles

  • bidegain dit

    bonjour,

    avez vous une pommade efficace contre les petite verrue enfantine??? j’ai déjà testé votre pommade a la consoude et c’était tres efficace, pour preuve mon fils de 2 ans n’a plus du tout d’eczema, merci ;)

  • Marie dit

    C’est la première fois que je viens sur votre site et je vois que vos lecteurs et vous mêmes sommes animés de curiosité. Le ton du site n’est pas à la croyance, mais à l’observation, aussi, j’aimerais vous apporter quelques précisions quant à la notion d’hybridation
    Vous écrivez sur votre site: l
    « le chef jardinier rechignât à expédier ses beaux plants de consoude et déterra de petits plants qui avaient germé entre les rangs. Il s’agissait de plants issus du croisement naturel de Symphytum Asperum et de Symphytum Officinale.
    C’étaient des hybrides naturels, » jusque là tout va bien, mais vous ajoutez:
    « des hybrides F1 »
    Une « F1″ est issue d’une hybridation entre deux plantes aux caractéristiques différentes, chacune affaiblies génétiquement par autofécondation forcée sur des générations (lignées pures) puis croisées. La première génération dite ‘F1 », aura les caractéristiques désirées. Mais si on les ressème on n’obtiendra pas que du F1 et donc ça n’a pas d’intérêt. Il faut donc racheter chaque année sa semence. Elles sont sous propriété intellectuelles (COV).

  • Jenny Gloster dit

    @Marie, n’étant pas une spécialiste, j’ai demandé à Maxime de B-actif de répondre à cette question très intéressante.
    Bonjour Marie,
    Je ne suis pas sur du terme F1, les souvenirs de mes études sur ce sujet commencent à être très anciens.
    A mon avis symphytum officinalis et symphytum asperum sont des plantes de caractéristiques différentes et de lignées pures.
    Il s’agit d’une fécondation naturelle et non forcée mais je ne vois pas bien la différence en termes de résultat.
    La bocking 14 est bien un hybride de première génération.
    On ne resème pas la bocking14 puisque justement c’est un hybride stérile.
    La bocking 14 se multiplie par bouture, il n’est donc absolument pas nécessaire de racheter des semences chaque année, puisque cette semence n’existe pas.
    Vous achetez des boutures une fois dans votre vie!
    Moi non plus je ne suis pas spécialement adepte de ces graines hybrides F1 qu’il faut acheter chaque année.
    Pour moi un hybride F1 est un hybride de première génération, je ne pensais pas (je ne pense pas) qu’il y ait obligatoirement une notion juridique dans ce terme.
    Je souhaiterai avoir des éclairages supplémentaires sur ce terme de hybride F1. S’il est réservé aux sociétés de sélection végétale j’ai tord, je pensais que c’est une notion technique et non juridique.
    Donc avis aux visiteurs, pouvez-vous nous départager, Marie et moi
    Merci d’avance
    Maxime

  • Jenny Gloster dit

    @Gilles, merci pour ce commentaire très intéressant. Hervé ( voir le livre blanc http://www.b-actif.fr/livre-blanc-jardinage.html ) utilise en effet la consoude pour soigner les problèmes respiratoires. Nous sommes vraiment intéressés par l’utilisation médicale de la consoude et B-actif est décidé à publier un nouveau livre blanc sur ce sujet. Dites-nous comment vous l’utilisez pour les voies respiratoires.
    Concernant l’utilisation de la vaseline, cela ne me choque pas tant que ça. J’utilise les produits que j’ai en stock ; de la cire d’abeille bien sûr (pas achetée, de la cire de notre production), de l’huile d’olive et de l’huile d’amande douce (voir ma recette du baume de racines de consoude) et même du saindoux qui je le sais n’a pas toujours bonne réputation mais qui est très efficace.
    Jenny

  • Jenny Gloster dit

    @Bidegain, désolée je ne connais pas de remède pour les verrues enfantines. Pour les verrues d’adultes j’utilise le lait de séneçon jacobée.
    Peux tu m’en dire plus sur l’utilisation de pommade de consoude contre l’eczéma. Je l’ai déjà utilisée pour cela mais je souhaite avoir d’autres témoignages. Merci d’avance.
    Jenny

  • Brigit LE BRETON dit

    bonjour Jenny,

    Consoude ou grande consoude, quelle différence ?
    J’aimerais tenter le baume de grande consoude pour une amie qui souffre d’une rupture du sus épineux à l’épaule. En cataplasme.Qu’en pensez-vous ?
    Et sinon cela peut-il soulager les douleurs articulaires dues à l’arthrose ?
    Merci d’avance de vos réponses,
    cordialement,
    Brigit

  • Jenny Gloster dit

    @Brigit, Il existe de nombreuses variétés et espèces de consoude. En général on appelle grande consoude la consoude officinale. Pour information la consoude bocking 14 est issue d’un croisement de la consoude officinale et de la consoude rugueuse. Toutes les espèces sont utilisables du point de vue médicinal. Je ne suis pas médecin mais je pense que l’utilisation prévue est judicieuse. Nous avons vu des utilisations « efficaces » contre l’arthrose.
    Jenny

  • cec dit

    Bravo et merci pour ces explications !
    Connaissez vous le site toututo.wix.com/tuto ?
    C’est un site de partage de tuto sur tous les thèmes dont le jardinage et les cosmétiques naturels… ;)

  • sana dit

    Bonjour Jenny! Merci pour le partage de vis connaissance! Mon frère souffre de psoriasis (plaques rouges de plus en plus importantes ).Je souhaite utiliser voter recette, saves oú je peux acheter des feuilles de consoude séchées de bonne qualité? J’ai lu qu’une utilisation prolongée du baume de consoude était dangereuse pour le foie. Auriez vous une posologie à me conseiller? Merci d’avance 😊

  • Jenny Gloster dit

    @ Sana – Je ne me fais aucun souci pour l’utilisation de cette pommade.  Je connais un pharmacien en cosmétologie qui a fait beaucoup de recherches sur la consoude – il m’a confirmé que ce baume ne pose aucun risque pour le foie.

    Il n’est pas facile de trouver des feuilles de consoude séchées, par contre, bientôt vous trouverez facilement des feuilles de consoude fraîches.

    Jenny

  • christine dit

    Bonjour Jenny,

    En remplacement de la vaseline le beurre de karité serait aussi pas mal.

    Pour le séchage je l’ai fait à l’ombre et mes feuilles de consoude sont restées bien vertes !

    Je vous tiendrai au courant du résultat !

    Merci pour votre blog !

  • Jenny Gloster dit

    @ Christine – oui, c’est vrai le beurre de karité est très sympa à utiliser.  Personnellement je préfère éviter de faire fondre le karité, c’est étrange, quand il re-durci la texture n’est plus aussi lisse.

    Jenny

  • Ecolomique dit

    Merci à Maxime qui nous a fait découvrir ce site lors du webcampday

  • Sylvie dit

    Bonjour, et félicitation pour votre blog. Je fais depuis quelques temps la pommade de consoude et c’est vraiment super pour les douleurs articulaires (notamment les genoux). Je voudrai savoir si on peut utiliser des feuilles de consoude fraiche ou pas ? et si oui en quelle quantité car en été je pense que ce serait pratique.

    Merci d’avance pour votre réponse.

  • mathilde dit

    Intéressant mais je me demande si on pourrais utiliser de la cire d abeille car la vaseline c est quand même issu du pétrole !!☺

  • dom dit

    bonjour…
    l’idéal est d’utiliser les racines de la consoude et melanger à une huile végétale + cire d’abeille

  • dom dit

    L’usage interne de la consoude est déconseillé à cause de sa teneur potentielle en pyrrolizidines, qui sont des substances toxiques pour le foie…

  • Sylviane dit

    Bonsoir,
    j’ai soigné les verrues de mes enfants et petit-enfants avec succès et sans douleur : tous les soirs après la douche (car il s’agissait de verrues plantaires) j’appliquais du lait de racine de pissenlit, coupée au jardin + du magnésium par voie orale : 1 comprimé chaque jour. Traitement d’1 mois = disparition totale des verrues.
    Le 1er soir j’applique le lait de pissenlit et l’enfant attend que le lait ait séché : il forme une croûte élastique noire. Le 2ème soir je gratte le lait noirci de la veille, c’est non douloureux, et j’en remet du frais, on attend que ça sèche, et ainsi de suite chaque soir.
    Voilà, pour ceux que cela intéresse…

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



08af477b2315fd8371af866726dfdcb9ffffff
Lire les articles précédents :
Multiplication et plantation de fraisiers.

J’ai déjà posté un article sur mes cultures de fraises. Cet article   complémentaire présente en particulier ma méthode de marcottage....

Fermer