Culture et consommation du coqueret du Pérou ou physalis


Culture et consommation du coqueret du Pérou ou groseille du cap ou physalis.

26 septembre 2013 |   Auteur: Jenny Gloster 

Vous ne savez peut être pas de quoi je veux parler et pourtant je suis persuadée que vous connaissez le fruit du coqueret du Pérou. En effet il sert de décoration des plats dans de très nombreux restaurants.
Je n’ai pas cultivé cette plante depuis quelques années par manque de place dans ma serre.
Comme cette année j’ai une deuxième serre (qui est aussi plus grande) j’ai cultivé plusieurs plants de coqueret du Pérou.

Le coqueret du Pérou c’est quoi ?

Le nom latin c’est Physalis peruviana, il s’agit d’une solanée, c’est donc une plante de la même famille que la pomme de terre ou les tomates.
Elle a plusieurs noms : coqueret du Pérou, cerise de terre, groseille du cap, physalis
Le nom physalis viendrait du grec phusalis, qui veut dire vessie, en raison de sa forme.
En anglais on parle de groundcherries, de cape gooseberry, Peruvian Ground Cherry ou encore goldenberries.
Le mot cap en français ou cape en anglais proviendrait du fait que ce fruit est populaire en Afrique du sud.




 

 

Culture du physalis.

physalis
Voici un fruit de physalis encore vert

J’ai toujours cultivé cette plante en serre. Il est possible, je pense, de la cultiver en pleine terre mais je n’ai jamais essayé !
Dans les régions chaudes le physalis est une plante pérenne (vivace), en France cette plante est cultivée comme plante annuelle parce qu’elle craint le froid d’une part mais aussi parce que sa culture à partir de semis est très, très facile.
Cette année, comme je n’avais plus cultivé cette « groseille du cap » depuis quelques années, j’ai dû acheter mes graines.

Mais à l’automne je garderai  les graines de quelques fruits pour avoir des graines pour l’année prochaine. J’utiliserai   la même technique de fermentation que  pour les graines de tomates.

J’ai semé dans des alvéoles début avril, comme je le fais pour de nombreuses plantes et en particulier pour les plantes aromatiques.
J’ai ensuite transplanté les plants dans des godets plus grands puis, enfin, j’ai installé les plants bien démarrés dans ma serre (à la même date que les tomates).
La culture est très facile. . J’ai préparé le trou de transplantation avec un peu de compost et quelques feuilles de consoude hachées. Pour ceux qui ne le sauraient pas la consoude favorise la floraison et la fructification. Je pense qu’il ne faut pas, dans le cas présent, utiliser des orties ni de purin d’ortie. En effet si vous apportez trop d’azote vous aurez trop de feuillage et pas assez de fruit.
Tout au long de la végétation mes physalis ont encore bénéficié du purin de consoude quand j’en mettais aux tomates. Par contre je pense que ce n’était pas obligatoire.
Je n’ai réalisé aucun traitement car les plants n’ont pas été malades du tout.

Je n’ai pas, non plus, tuteuré,  je vois que certaines branches sont très longues  et traînent un peu par terre mais je ne crois pas que cela pose problème.

coqueret du pérou
Je déguste ces fruits, directement dans ma serre, comme des bonbons, j’en fais des confitures ou des desserts

Consommation des fruits du coqueret du Pérou.

La récolte a démarré doucement vers la fin août et devrait se poursuivre au moins jusqu’en décembre et peut être même  après s’il ne gèle pas sous serre.   Ce serait sympa d’en récolter à Noël.

Les fruits sont très décoratifs dans un bol et délicieux à manger nature.  Je les mange comme des bonbons quand je suis dans la serre. Il faut les laisser  bien mûrir avant de les cueillir.  J’attends que les feuilles qui les entourent soient sèches et les fruits bien oranges.

Autour de noël, pour les repas festifs, je fais fondre du chocolat noir et je « baigne » les fruits dans le chocolat fondu. Ensuite  je suspends les fruits enrobés de chocolat avec des pinces à linge sur un fil (jusqu’à ce que le chocolat soit dur).  Ces fruits enrobés sont sympas servis avec le café après un repas entre amis.

Je les utilise parfois (pas très souvent) pour décorer de bons plats.
Pour le moment je n’ai pas encore réalisé de confiture de « groseilles du cap » mais cela va venir. Dès que la récolte sera plus abondante (ça vient) et que je ne pourrais pas tout manger « nature ». Je suis d’autant plus motivée par la préparation de la confiture de groseilles du cap que c’est la confiture préférée de mon père.

Les vertus médicinales du physalis.

Je n’ai pas encore bien étudié ces vertus que l’on dit très nombreuses. Ce qui est certain c’est que les fruits contiennent en quantité des vitamines A, B et C.

cerise de terre
Les fruits du physalis enrobés de chocolat, c’est vraiment extra!




 

 



8 Commentaires

  • Azedine dit

    Bonjour Jenny
    Un article sympa pour une jolie plante au nom trés poétique. La 1er fois que j’en ai entendu parler c’est sous le joli nom d’amour en cage. Laissez quelques fruits sur les branches cet hiver et vous comprendrez d’où vient ce joli nom …Ou bien tapez « Amour en cage » dans Google !Bon jardinage.

  • Samia dit

    Je connaissais le fruit mais pas ses vertues médicinales. Merci pour cet article très instructif comme les autres. =)

  • Jenny Gloster dit

    @Azedine, je ne connaissais pas ce nom, effectivement très sympa. 

    @Samia, je ne l’utilise pas pour ses nombreuses vertus médicinales, je mange trop vite ces fruits délicieux

    Jenny

  • Samia dit

    C’est vrai que c’est très bon !

  • Blog bio dit

    Merci pour cet article. Sous ces plusieurs appelation se cache un fruit d’une beauté à vous couper le souffle. Parmi les nombreuses espèces de fruits, il est très remarquable avec ses contenance de ces trois  vitamines. Mais il faut bien en prendre soins tous les jours.

  • natha51 dit

    Merci beaucoup pour ces infos! J’en ai semé l’an passé en pleine terre et elles n’ont poussé que cette année! Je me demandais quand les récolter… en ce moment donc, avant les gelées.

  • Jenny Gloster dit

    @blog bio, pour ma part je n’ai pas pris de soins particuliers. Je trouve la culture très facile. En fait comme mes plants se trouvaient à proximité des tomates ils ont bénéficié des mêmes précautions que les tomates, en particulier le purin de consoude.
    @Natha, comme dit dans l’article tu récoltes quand les feuilles sont sèches et les fruits bien oranges. La période de récolte, en serre, peut durer plusieurs mois
    Jenny

  • habib dit

    salut jenny
    désolé de vous dérangé mais j’ai un probléme avec mon physalis
    depuis peu il y’a environ 1 mois le mois d’aout je dirais,il donnait des fleurs,j’étais heureux mais tous d’un coups,ces memes fleurs ont disparue,je crois qu’ils se sont transformé en feuilles,habitant moi meme dans une région chaude en algérie mais prés de la mere,je remarque que mon physalis si je ne lui donne pas de l’eau quand il fait trés chaud ,alors ses feuilles commence à se ramolir,donc je suis obligé de le suivre réguliérement mais le probleme si je lu idonne trops d’eau il ne produira pas de fleur,que faire?peut etre que je dois lui mettre de l’engrais?aidez moi SVP

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



8959d1ddd6f9c4cf6dc936d87b1cbb1f''''''''''''''''''
Lire les articles précédents :
Fabrications de l’huile et du baume de calendula

Le souci que l’on trouve dans tous les jardins s’appelle en latin : calendula officinalis. J’ai présenté mes méthodes de...

Fermer