Comment soigner le mildiou de la tomate ?


Comment soigner le mildiou de la tomate ?

23 septembre 2012 |   Auteur: Jenny Gloster 
tomate atteinte par le mildiou
Aie, le retour de vacances est parfois difficile, des pieds de tomate sont envahis par le mildiou

Le mildiou de la tomate

Comme je l’ai écrit, mon retour de vacances au potager a été difficile.

J’avais énormément de travail à réaliser mais le plus grave, sans doute, c’était le début d’attaque de mildiou sur les tomates de la serre.

Je vais essayer de vous montrer que sans éliminer tous les risques de mildiou il est possible de « gérer »



 

Je cultive les tomates en serre.

Vous vous rappelez sans doute de mon article du printemps sur la culture des tomates en serre. Cela fait maintenant des années que je ne cultive plus de tomates en pleine terre en Bretagne. Le risque de mildiou est trop grand. Il est tout à fait possible de réussir certaines années mais vous pouvez être sûr de ne rien récolter certaines années. Peut-être que si vous êtes réellement en bord de mer vous pouvez y arriver mais à Scaër, je le déconseille totalement.

 

Je nourris bien mes tomates.

Comme pour beaucoup d’entre nous la tomate est un de nos légumes préférés (et avec lequel il est possible de faire de très nombreux plats). J’essaie donc de mettre toutes les chances de mon côté pour écarter le mildiou.

La première chose à faire est donc de bien nourrir la tomate. Comme je le dis tout le temps ; un plant sain est plus résistant aux maladies qu’un plant chétif. Je plante la tomate dans une bonne terre.

J’apporte de la consoude hachée lors de la plantation des tomates et j’utilise du purin de consoude tout au long de la végétation.

 

Je respecte la rotation :

Pas de tomates au même endroit avant au moins 3 ans. (C’est difficile en serre mais il faut néanmoins respecter la rotation)

 

Depuis 2 ans je sème des carottes dans la serre.

Sur les conseils d’un ami, pour éviter la mouche de la carotte,  je sème maintenant de manière systématique des carottes dans ma serre. Cela aurait, paraît-il,  un effet bénéfique sur le mildiou de la tomate.  Cela reste à vérifier sur plus d’années mais je crois que cela marche un peu.

Vous pouvez lire aussi mes 22 conseils pour réussir la culture de la tomate

 

Choix des variétés de tomates.

Les différentes variétés de tomates n’ont pas la même résistance face au mildiou. Moi je constate que la variété noire de Crimée est plus résistante au mildiou.

 

Quand le mildiou est là il est encore possible de le gérer

 

Enlever les feuilles de tomates atteintes par le mildiou.

Pour moi, le secret c’est d’être hyper vigilant et d’enlever les feuilles malades dès qu’elles apparaissent. C’est tout le problème des vacances, il est capital de confier la surveillance des tomates à un voisin.

Il ne faut pas enlever une partie de la feuille atteinte mais la totalité de la feuille. Bien entendu je ne laisse pas ces feuilles malades sur le sol. Je les mets dans un seau et je brule le contenu du seau.

C’est un travail fastidieux et long mais il est efficace.

Elimination des pieds de tomate malades :

Lorsqu’un pied de tomate est totalement atteint je l’élimine. Malgré mon absence cela ne m’est pas arrivé cette année.

Attention : Quand vous éliminez les parties ou les plantes malades désinfectez vos mains et votre matériel ensuite, sinon vous risquez de contaminer des plants sains.

Température élevée dans la serre :

J’essaie aussi d’avoir dans ma serre des températures supérieures à 30 degrés ce qui évite le développement du mildiou. C’est parfois assez compliqué car en même temps il faut garder une hygrométrie faible dans la serre. Il faut parfois choisir entre hygrométrie et température. J’ai déjà un thermomètre mini-maxi dans ma serre, pour 2013 je vais aussi installer un hygromètre.

Espacement des rangs de tomates.

Je constate que je n’ai pas laissé assez de distance entre les rangs de tomate. De ce fait mes habits touchent les plants et peuvent transmettre le mildiou de plante en plante. L’année prochaine je vais laisser plus de place entre les rangs.

Traitements bio contre le mildiou :

Il est aussi possible d’utiliser des traitements bios mais je ne l’ai pas encore fait. Tant que je peux éviter je ne réalise pas ces traitements.



 



26 Commentaires

  • Gateau Gaga dit

    Pour une fois cette année nous n’avons pas ce problème. Par contre nous sommes envahis de punaises qui me suçotent mes tomates!!! marre des bestioles. Mais comme on ne veut pas traiter de façon nocives c’est pas évident! bisous

  • Serre de Jardin dit

    Pour palier à mes problèmes de froid pour mes tomates, j’ai acheté une serre de jardin. Celle ce seront bien au chaud… merci pour votre article

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Gateau gaga et bonjour serre de jardin,
    Merci pour vos commentaires.
    Jenny

  • Loïc [Mon potager en carré] dit

    Bonjour Jenny

    Je voulais savoir si le sol de votre serre est paillé ?

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Loïc,
    Oui je paille les tomates comme je le dis dans l’article sur les 22 conseils pour réussir la culture de tomate.
    Le paillage est utile pour toutes les cultures. Dans le cas des tomates il y a des raisons supplémentaires. Le paillage diminue le tassement de la terre, évite d’éclabousser les feuilles avec l’eau, maintient la terre humide, diminue le binage etc..
    Cordialement,
    Jenny

  • Gilles dit

    Bonjour Jenny,
    je voudrais juste préciser ici que les feuilles ou pieds entiers de tomates atteints de mildiou peuvent être mis au compost. La fermentation en tas éliminent en effet les germes de cette maladie.
    Certains prétendent même qu’un compost dans lequel aurait été incorporé des parties atteintes par la maladie agirait ensuite comme protecteur contre celui-ci…soigner le mal par le mal en quelque sorte !
    Cordialement,
    Gilles

  • Bolmont Pascale dit

    Bonjour,
    Merci pour vos précieux conseils.Mon problème est un peu spécial, car je vais tenter de faire pousser des tomates dans un jardin, sans serrs, et cela dans le sud de l’INDE. Fortes chaleurs, forte humidité, et un soleil d’enfer qui grille et brûle tout ce qui est un peu fragile.
    J’ai bien lu tous vos excelents conseils, mais pourriez vous m’indiquer quelques noms de tomates qui pourraient pousser ici?
    Je fais de la culture bio, mais nous n’avons pas de coussoude, nous mettons des feuilles de neem (insectes) et du fumier de vache. Pas de problèmes pour l’eau,il y en a en abondance et naturelle. Pour le paillage, je pense que la paille de riz et le son de riz feront la même affaire.
    Merci à vous si vous pouvez m’indiquer des noms de plan qui puissent résister à ce climat d’enfer.
    Bien à vous

  • Jenny Gloster dit

    Bonjour Pascale et merci pour ce commentaire.

    Je suis totalement désolée de ne pouvoir vous conseiller pour un climat tellement différent du nôtre (en Bretagne).

    Si j’étais à votre place, je cultiverai les variétés existantes chez les producteurs locaux, je contacterai à la fois un centre de recherche agricole du pays et 2 ou 3 semenciers.

    En général la tomate aime bien la chaleur, le soleil et l’eau. Les risques de mildiou doivent être très faibles. Par contre je pense qu’il y a de nombreux prédateurs du genre chenilles, cochenilles ….

    La consoude ferait des merveilles sous un tel climat.

    Les feuilles de neem et le fumier de vaches sont excellents.

    Le paillage peut se faire, bien sûr, avec la paille de riz.

    Bonne continuation,

    Jenny

  • vignaux dit

    bonjour à tour et bravo à jenny pour ce blog,
    comme j’ai eu l’occasion de l’écrire déjà le mildiou de la tomate  peut s’érradiquer  grâce à une pulvérisation de lait entier (1 litre de lait pour 9 l d’eau).J’ai tenté cette solution l’année dernière alors que les tomates étaient déjà fort atteintes : j’ai sauvé ainsi plus des 4/5 de ma petite production et j’ai eu la visite de pas mal d’amateurs me demandant la recette (je suis en bordure d’un chemin piéton assez passant ) .Cette recette était fournie par un rosiériste sur « silence ça pousse » qui indiquait que le mildiou fuyait devant  l’odeur du lait . A vous d’essayer ce remède pas cher et attends des retours d’expérience  . Merci encore .

  • gerome dit

    Bonjour,je découvre votre site avec beaucoup de curiosité et plaisir.Aprés de trés nombreuses années de jardinage,je n’arrive plus a avoir de tomates(mildiou) pour ce faire j’ai fait l’acquisition d’une serre tonneau (5m x 8m) et croyant bien faire j’ai posé une ombriére verte par dessus,la cata! au bout de 3 jours mes tomates ont les feuilles bien malades.Je vais suivre vos conseils.Je réside sur Moélan sur mer,au cas ou. Cordialement.

  • fierens dit

    Bonjour.
    Excusez moi,je vois que vous utilisez du lait avec de l’eau pour le mildiou,mais vous pulvérisez le plant où les feuilles et tous les combine de jours et à quel moment de la journée.
    Mzerci bien cordialement
     

  • Jenny Gloster dit

    @fierens, je pense que tu peux essayer la méthode proposée ci-dessus par Vignaux. Pour ma part Je n’ai toujours pas essayé le lait sur les tomates, n’ayant pas eu de problèmes importants en 2013. Mais j’ai entendu que cela peux protèger les plants contre le mildiou et surtout contre l’oïdium.  On pulvérise les plants avec un solution de lait écremé dilué dans l’eau 1: 9.   Je pense qu’il n’y a pas de produit miracle pour éviter le mildiou mais il y a plein de précautions à prendre pour une bonne ‘hygiène générale’. La pulvérisation doit se faire sur la plante entière en n’oubliant pas le dessous des feuilles.

    Jenny

  • noucot dit

    Bonjour Jenny.
    Pourriez vous me dire où acheter les outils que vous parlez sur votre site.
    Par avance merci.
    Cordialement

  • Jenny Gloster dit

    @noucot- La société B-actif vend ces outils, je leur ai demandé spécifiquement (mais gentiment) de les commercialiser car je n’en avais pas trouvés de cette qualité en France.

    Jenny

  • Daniel dit

    Bonjour
    J’ai entendu pas mal de choses négatives sur la bouillie Bordelaise mais tout est à prendre avec des pincettes. J’avais déjà entendu parler du lait et de l’eau, ce que je vais faire cette année. Donc ce reméde et préventif et curatif ?
    Daniel

  • Roland dit

    bonjour
    (pas de tomate au même endroit pendant 3 ans? Moi je fait un petit coin de jardin et je n’ai qu’un seul endroit ou je peut mettre mes pieds de tomates sans risque et sa fait plus de 10 ans que je l’ai met la et jamais eu aucun problème

  • Jenny Gloster dit

    @Daniel, moi j’ai banni la bouillie bordelaise, je pense que l’on peut s’en passer, en particulier en s’appuyant sur la biodiversité et la prévention.

    @ Rolland, chacun fait comme il peut. Avec une toute petite surface la rotation des cultures est difficile. La biodiversité réduit les problèmes, mais en agriculture on voit parfois  des dégats graves et irrémédiables avec des monocultures successives sur les mêmes terres (par exemple avec du maïs ou du coton OGM). Pas de problèmes pendant des années mais ensuite des catastrophes. Dans ma région, des agriculteurs ont semé des haricots au même endroit pendant des années, aujourd’hui ils ne peuvent plus du tout en produire.

    Jenny

  • Didier dit

    Je parcours ce châpitre :

    1) L’usage du petit-lait est largement référencé contre le mildiou et l’oïdium, en particulier en Allemagne ; des produits « bios » à base de petit-lait deshydraté sont sur le marché… A défaut, on peut, en effet, prendre du lait écrémé.
    2) Le mécanisme est encore un peu mystérieux : certains pensent que cela empêche les spores d’adhérer et de s’implanter… ??? D’autres, que sous l’influence du soleil, certains molécules du patit-lait se transforme en « fongicide » ???
    3) Il semble admis qu’il faut largement couvrir les feuilles, par dessus et par-dessous et traiter au soleil !
    4) Nous avons utilisé le produit professionnellement sur une culture de houblon « bio » (la seule à ma connaissance en France), en alternance avec d’autres produits, dont le bicarbonate de potassium évoqué ici aussi. Nous avons jusque là toujours maîtrisé le mildiou, qui est redouté sur le houblon. Généralemet mieux que les agriculteurs utilisant des produits chimiques. Mais l’effet du petit-lait seul n’a pas été évalué « scientifiquement » : pas d’essais comparatif avec / sans, répété un nombre suffisant de fois…
    5) Je crois l’avoir écrit ailleurs : la base, c’est un toit sur les tomates, avec l’air qui circule, et l’arrosage au goutte-à-goutte. Sans humidité sur les feuilles, pas de mildiou. Cela marche jusqu’à ce qu’à l’automne, l’air plus humide et le refroidissement nocturne se traduisent pas des condensations sur les feuilles – chaussures mouillées quand on marche dans l’herbe au petit matin. Là, le toit devient inefficace !

  • Didier dit

    1) Pour moi aussi, la bouillie bordelaise est un « poison » pour le sol, même si ce produit est estampillé « bio ». Son usage est de plus en plus réglementé même en « bio » [comme quoi on peut être « naturel » et « toxique » ; on tombe là sur les limites du dogme « bio » !].

    Donc interdite dans mon jardin. Question de principe. Question d’avoir le sol le plus vivant possible comme base de tout.

    2) En revanche, le soufre est un élément utile. Les sols sont souvent carencés en soufre.

    Mais il est surtout efficace sur l’oïdium / cucurbitacées.

    3) La rotation est toujours favorable. En particulier pour rompre les cycles des parasites.

    Cependant, certaines plantes supportent naturellement mieux que d’autres de revenir au même endroit. La tomate en fait partie. Comme le maïs.

    Mais il faut s’attendre à une montée de la pression parasitaire. Donc si c’est « tolérable », je ne pense que cela soit à encourager.

    Il faut alors soigner la prophylaxie : enlever les résidus (mais les racines restent !).

    Une vie biologique active dans le sol, avec notamment des champignons, doit aussi faciliter le « nettoyage du sol ». C’est pour cela que j’introduis, dans mes rotations, le BRF – Bois Raméal Fragmenté. Cela favorise les champignons « utiles ». Et je suppose qu’en nourrissant des « mangeurs de champignons », ceux-ci seront plus actifs et mangeront aussi les résidus de mildiou. Ce n’est qu’une conviction. Pas de « preuves scientifiques » !

    Les champignons sont aussi des « extracteurs » de phosphore (et d’une manière générale de minéraux ! c’est pour cela qu’ils sont plus radiocatifs que d’autres végétaux !).

    Donc pour moi, les tomates passent par une planche à BRF / paille !

  • Didier dit

    Pour information (de ceux habitant en Bretagne en particulier) : j’ai découvert hier ce fabricant de tunnels ouverts « spéciaux tomates », à un tarif qui me parait abordable.

    La circulation de l’air me semble favorable à la lutte contre le mildiou, en limitant les condensations :

    http://www.serre-de-jardin-crysland.com/serres-tunnels-de-jardin-serre-tomates-tomstore-xsl-322_267.html

    N’ayant pas vu / utilisé le matériel, je ne peux rien dire de sa qualité.

  • etienne dit

    Hello,
    sympa le blog..
    Contre le mildiou, il y a des traitements très efficaces et bio :

    – Soit le bicarbonate de soude (bicarbonate + savon + eau )
    – Soit la sauge (décoction)

    Ca stoppe net la propagation de la maladie ;-) !

  • Fox renard dit

    Waaaaaaaaaaaa trop bien ce blog. Merci pour les conseils en culture de , je testerai cette année la pulvérisation de l’autonomie. J’aime bien lez traitements bizarre. Après j’ai pas accès à du bin lait fermier mais je tâcherai de ne pas prendre n’importe lequel !

    Allez bonne culture à toutes et à tous et on se revoit en août !

  • Jenny Gloster dit

    @Didier, merci vraiment pour tous ces renseignements utiles pour mes lecteurs. Je suis totalement en phase avec toutes tes préconisations. Juste un petit bémol, on peut cultiver la tomate sans goutte à goutte, il faut juste faire très attention à ne pas mouiller les feuilles.
    @Etienne, merci pour le commentaire, pour ma part je n’ai pas encore eu l’occasion d’utiliser (d’essayer) la décoction de sauge.
    @fox renard, à l’automne fait nous part du résultat!
    Jenny

  • ferrec dit

    a scaer je viens d’essayer le lait apres attaque mildiou cette annee.a suivre

  • celeste dit

    Bonjour, contre l’oidium qui a attaqué mes plants de courgette, j’ai utilisé une décoction de racines d’orties. Macération 24h puis 30 minutes à feu doux pour un frémissement de l’eau. Laisser refroidir et pulvérisation sur les deux faces de chaque feuilles. J’avais pris soin auparavant d’enlever les feuilles touchées par l’oidium. Pour l’instant ça marche très bien : à surveiller.

  • Annick dit

    Bonjour,
    Je fais mes semis de tomates mais c’est la 2ème année où, après qu’elles soient sorties de terre, elles ne poussent plus…Terreau non approprié ? j’ai acheté du terreau spécial semis pourtant; l’an passé, j »ai dû changer le terreau de chaque godet et elles ont démarré; cette année même souci mais encore plus puisque depuis 2 semaines ,elles ne changent pas d’aspect et n’ont que 2 feuilles…si quelqu’un sait me dire pourquoi ? Merci

Laisser un commentaire

Champs Requis *.



b24a0be7c5f0a8a464a8c6d2c751d1f2xxxxxxxxxxxxxxxxxx
Lire les articles précédents :
Culture et cuisine de la pomme de terre Roseval

Cet article est écrit dans le cadre du carnaval d’articles organisé par mon blog jardin. J’ai souhaité que chacun puisse...

Fermer